Convergences entre l’ESS et la protection sociale

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Début décembre, RIPESS LAC a organisé un séminaire international sur les relations entre l’ESS et la protection sociale dans le cadre des politiques publiques du continent. Dans cet article, nous résumons les points forts de la réunion.

Écrit par Patricio Bravo, Communication RIPESS LAC

Le Séminaire international « Confluences pour le développement de politiques publiques favorables à l’Économie Sociale Solidaire et aux systèmes de protection sociale en Amérique latine et dans les Caraïbes » s’est tenu à Saint-Domingue, République dominicaine, les 3 et 4 décembre. Ont participé à l’événement des représentants de l’ESS et des organisations syndicales du pays, de la CEPALC et des membres du RIPESS LAC : MESCJ (Bolivie), RELACJ (Pérou), MESSE (Equateur), Red ESS (Chili), CS Mexico, REDESOL (République Dominicaine), qui ont fait un bilan général des politiques ESS du mouvement social en Amérique latine. Dans les panels respectifs, animés par le RIPESS LAC et la Commission d’organisation, les voix des acteurs de l’ESS ont été entendues et des stratégies et actions ont été définies pour la construction et l’adaptation collectives des politiques de protection sociale et d’ESS en Amérique latine et dans les Caraïbes.

Politiques de protection sociale et ESS 

Ces dernières années, la majorité des pays d’Amérique latine ont orienté leurs actions vers la réduction de la pauvreté et des inégalités. Toutefois, en raison des variables macroéconomiques et de la faiblesse de la gestion budgétaire et monétaire, le PIB a diminué, l’indice des prix à la consommation a atteint des taux élevés et les pauvres ont subi davantage de répercussions. La crise a aggravé la pauvreté, la perte d’emplois dans le secteur formel et une forte baisse des revenus due à la récession.

La faible couverture des programmes sociaux gouvernementaux est due, en partie, à un manque de ressources, de sorte que les pays du Sud doivent faire face au défi de la stabilisation économique et de la restructuration du système financier, sans coûts sociaux majeurs et, surtout, sans une aggravation des tendances à la détérioration de leur développement humain. À cette fin, ils ont mis en œuvre d’urgence des mesures de protection sociale qui répondent aux domaines les plus vulnérables tels que la santé et l’éducation et d’autres éléments d’une politique de développement afin de réduire les effets négatifs de la crise économique actuelle, dans laquelle le FMI a eu une influence marquée.

Le rôle de l’État dans la protection sociale

La constitution de certains pays de la région établit une législation spécifique pour la promotion et la promotion de l’économie solidaire, reconnaissant l’être humain comme sujet et fin de tout processus de développement en relation harmonieuse avec la nature, comme c’est le cas en Bolivie, Équateur, Mexique et Uruguay.

L’ESS a été ratifiée en l’occurrence comme une forme d’organisation dans laquelle les membres, individuellement ou collectivement, organisent et développent des processus de production, d’échange, de commercialisation, de financement et de consommation de biens et services pour satisfaire les besoins et générer des revenus, basés sur des relations de solidarité, coopération et réciprocité. L’ESS doit être guidée par les principes tels que : la promotion du bien commun et amélioration de la qualité de vie, priorité du travail sur le capital, équité et inclusion sociale et économique ; respect de l’interculturalité et des pratiques ancestrales, sécurité et souveraineté alimentaires, responsabilité sociale, environnementale et économique ; réciprocité et solidarité, entre autres.

Les programmes gouvernementaux de protection sociale accompagnent et aident les groupes humains en situation de vulnérabilité, soit par des transferts monétaires ciblés pour les mères chefs de famille avec enfants et adolescents, mineurs, personnes âgées et personnes handicapées.

Les principaux bénéficiaires de la protection sont : les secteurs communautaires organisés, ruraux et urbains, dont le but est la production, la commercialisation, la distribution et la consommation de biens et services de manière solidaire et autogérée. Les secteurs associatifs, les organisations juridiques, dûment reconnues, constituées par des personnes physiques ayant des activités économiques productives. Les secteurs coopératifs, guidés par l’intérêt économique et social, et les unités économiques populaires, dédiés à l’économie des soins, les entreprises unipersonnelles, familiales, domestiques, les marchands au détail, les ateliers artisanaux et autres.

D’une manière générale, les projets de protection sociale visent à améliorer l’équité, l’intégration et la viabilité de la sécurité sociale au bénéfice de la population, bien qu’avec une capacité d’impact limitée, afin d’atténuer les répercussions importantes de ce processus sur le développement humain à moyen et long terme, il est donc urgent de prendre des mesures pour répondre à la population, qui ressent les effets du système de marché, des inégalités et d’une marginalité croissante.

Un vide particulier concerne la création d’emplois et la capacité à répondre au chômage, ce qui engendre une insatisfaction notable dans la société.

La protection sociale dans le cadre de l’Économie Solidaire

Les mouvements et réseaux de l’ESS, articulés dans le Réseau Intercontinental pour la Promotion de l’Économie Sociale et Solidaire, RIPESS LAC, ont proposé à leurs autorités respectives la mise en œuvre et/ou les réformes des instruments législatifs, inhérents à la gestion économique sociale et territoriale, qui permettent de promouvoir la construction d’un véritable système social et solidaire.

En ce qui concerne le rôle de l’État et de la société civile, il a été proposé de repenser et de recréer les relations économiques et sociales afin de transformer la société des pratiques et principes de solidarité, totalement absents du modèle dominant. Par des initiatives et des alternatives productives, la prestation de services et un travail autonome, respectueux et solidaire de la nature et des organisations, nous avons sauvé la valeur de nos propres, de notre sagesse et de nos connaissances, de nos ressources et de nos produits.

Les réformes mentionnées à la politique, considèrent que la loi ne doit pas être encadrée dans les paramètres du marché libre, dans lequel les conditions ne permettent pas à l’Économie Solidaire de se développer ou de rivaliser. Il a été dit que l’Économie Solidaire doit rechercher des mécanismes et des formes pour la construction de marchés libres et solidaires, le commerce équitable, la consommation solidaire et l’intermédiation solidaire.

La loi et ses règlements doivent prendre en compte les spécificités de chacune des formes d’organisation de l’Économie Solidaire, ainsi que les institutions publiques doivent garantir la promotion des entreprises de l’Économie Solidaire, permettant l’accès des producteurs aux marchés, aux achats publics, à la prestation de services agroalimentaires, au logement social, à l’éducation et à la santé communautaire, entre autres.

Il a été jugé essentiel d’établir des politiques visant à promouvoir des systèmes agroalimentaires sains, durables et équitables, tels que l’agroécologie, afin de lutter contre la pauvreté, la malnutrition croissante et le changement climatique.

Les systèmes fiscaux devraient simplifier et exonérer les coûts fiscaux pour les familles paysannes et le secteur artisanal, qui génèrent des produits, des biens et des connaissances de l’économie solidaire.

L’économie des soins est reconnue, au-delà du travail domestique et du travail familial non rémunéré, intégrant des activités telles que le développement de l’enfant, les soins aux personnes en détresse et aux personnes âgées, la protection spéciale des groupes vulnérables.

Face aux migrations forcées et à la recherche d’une protection internationale, des défis majeurs se sont posés en termes de garantie des Droits Humains des migrants en situation irrégulière, de besoin de protection et de pratique de la solidarité avec les personnes en danger.

La réunion a convenu de promouvoir les circuits de solidarité économique comme espaces d’articulation des différents acteurs de l’ESS pour produire, commercialiser, consommer et fournir des services, en s’engageant à une participation active en tant que société civile organisée, pour construire une économie transformatrice ou ce que nous appelons  » une autre économie « .

Il est aussi important de générer des processus de formation, d’assistance technique, d’innovation, de recherche et de développement destinés aux acteurs de l’ESS et soutenir la génération de systèmes, réseaux et circuits économiques solidaires sur leur territoire.

Les expériences enrichissantes de l’Économie Solidaire des organisations et des communautés d’Amérique latine et des Caraïbes présentent de nouveaux défis dans le processus de transformation sociale et politique dans les domaines de la production et de la commercialisation agroécologiques, de la finance solidaire, du commerce équitable, de la consommation responsable, du logement, du tourisme communautaire et de la santé ancestrale, textiles et vêtements, services divers, restauration et gastronomie, collecte des déchets, services culturels et autres.

Il devient donc impératif d’approfondir les actions de promotion de l’associationnisme, des circuits de commercialisation alternatifs, des chaînes de production, des entreprises inclusives et du commerce équitable en donnant la priorité à l’économie populaire et solidaire. Tout cela dans le but de construire un système économique juste, démocratique, productif, solidaire et durable, basé sur la distribution équitable des bénéfices du développement, des moyens de production pour la génération d’un travail décent et stable.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.

ESS politiques publiques protection sociale