« L’ESS avec une perspective de genre est une alternative de changement pour notre communauté, car elle est centrée sur la défense de la vie » Entretien avec Graciela Quintero

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Entretien avec Graciela Quintero Medina, militante colombienne, membre de la Mesa Hunzaua, un collectif qui regroupe une vingtaine d’associations locales à Bogota.

 

Comment est née votre vocation à aider les autres ?

Je voudrais d’abord parler de mes parents. Ma mère est Benita Isaura Medina, née à Mongua (Boyacá). Elle travaillait comme cuisinière. Mon père était José Quintero, né à Ocaña (Santander del Norte). Il était tailleur de pierre. Je dis cela parce que ce sont mes racines, j’ai hérité d’elles la vocation de service, ainsi que le goût du travail et de la solidarité. À la maison, il y avait toujours des garçons et des filles dont il fallait s’occuper, des amis à soutenir et à accueillir ; c’est pourquoi j’ai vu l’exemple dans la vie quotidienne de pratiques telles que les convites, les aides, les chaînes, les repas communautaires comme solution aux problèmes économiques et émotionnels.

Pendant plus de 30 ans nous avons loué le logement et ma mère a entendu parler d’une proposition de logement auto-construit. Nous avons ensuite déménagé à Ciudad Hunza où nous avons constaté que tout devait être fait. C’est là que l’aventure a commencé. Nous avons maintenant accompli 35 ans de travail communautaire. Pendant cette période, j’ai participé à la co-création d’organisations qui répondent aux besoins de la communauté.

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces organisations ?

Tout d’abord, la Corporation pour le développement communautaire Ciudad Hunza « Corpohunza » et son programme de maisons d’enfants, la Corporation Casa de la Cultura Ciudad Hunza, Huerta Comunitaria, Mesa de organizaciones Comunitarias Hunzahua, Red de Bibliotecas Comunitarias de Suba. Toutes ces organisations à Ciudad Hunza ont pour pratique de générer l’organisation, le leadership, le travail communautaire et la mise en réseau. Une organisation naît d’une autre et celles-ci appartiennent à leur tour à des réseaux de quartier nationaux et internationaux tels que le réseau « femmes du monde : un réseau pour l’autonomie des femmes » coordonné par « Quartiers du Monde ».

L’Association Collective Loma Verde, qui est née d’un processus de formation de la Maison de la Culture « Femmes en Action » est une organisation environnementale communautaire qui développe un processus d’Economie Solidaire avec une perspective de genre, nous travaillons depuis 19 ans dans le recyclage solidaire à travers des accords de co-responsabilité avec les quartiers de Cerro Sur de Suba, les complexes résidentiels, les écoles publiques et privées, et les institutions du District.

Dans le cadre de la diversification des revenus et comme stratégie d’éducation environnementale, nous avons co-créé le magasin communautaire « ATA QUICA » dans lequel la Recitrueque est mise en œuvre. Il s’agit d’un échange de recyclage pour la papeterie, les articles divers, les services internet, les vêtements, les chaussures, les ustensiles de cuisine, les jouets, les livres, les plantes, les graines, le travail.

 

Comment voyez-vous la contribution des femmes à l’ESS ?

Je crois que l’ESS avec une perspective de genre est une alternative de changement pour notre communauté, car elle est centrée sur la défense de la vie. Elle prend en compte la personne et son environnement, c’est-à-dire la terre en tant que sujet de droits. C’est une économie qui rétablit les liens de solidarité et de proximité, génère des consensus et des dissensions qui engendrent d’autres visions de la vie, du bonheur, de la réussite basées sur des valeurs telles que la capacité à vivre ensemble et à respecter la différence, le travail en équipe, l’adaptation au changement, la jouissance de la réussite des autres.

 

Comment la crise de Covid-19 a-t-elle affecté votre travail ?

Pendant la pandémie, le travail de recyclage a été une des activités exceptionnelles ; nous avons eu l’occasion d’aller travailler en respectant les protocoles de sécurité appropriés mais les prix des matériaux ont chuté, affectant l’économie des ménages ; il a été possible d’atténuer les effets par le travail en réseau qui a été fait comme la cogestion du soutien solidaire du gouvernement (marchés, obligations) ; la proposition de la Bancomunal pour l’épargne et les prêts solidaires, et la collecte de nourriture pour les familles du quartier.

 

Vous travaillez très près de votre territoire mais votre collectif fait également partie de réseaux continentaux et intercontinentaux. Quels sont, selon vous, les avantages de ces alliances ?

Je vois l’importance d’appartenir au réseau continental / intercontinental de l’ESS car, dans la pratique, il s’est avéré être le moyen d’avancer ensemble vers une économie équitable et de faire en sorte que le discours imprègne toutes les instances de participation à la société. Il y a trente ans, nous rêvions que cette proposition soit mise en œuvre dans le langage et le discours des institutions. Aujourd’hui, on parle déjà d' »entreprise durable », de « socialement responsable » ! Cependant, nous devons veiller à ne pas déformer les concepts et à ne pas perdre l’essence de la proposition. Nous devons continuer à réfléchir et à approfondir notre compréhension de l’ESS, qui est avant tout la DEFENSE DE LA VIE.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.