L’économie sociale et solidaire est la voie pour surmonter les inégalités à travers la récupération post Covid-19

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

RIPESS a co-organisé l’événement « Surmonter les inégalités grâce à la relance de COVID-19 : propositions de l’économie sociale et solidaire et du droit à la ville« , avec la Plateforme Globale pour le Droit à la Ville et Urgenci, en tant qu’événement officiel parallèle au Forum Politique de Haut Niveau de l’ONU.

L’objectif était de démontrer la diversité du potentiel de l’économie sociale et solidaire pour surmonter les inégalités accrues causées par Covid-19, et les voies résilientes vers la reprise dans les villes et en termes de liens urbains-ruraux.

Elle a rassemblé environ 70 participants représentant une large et importante diversité d’acteurs (gouvernements locaux, régionaux et nationaux, organisations de la société civile, organisations internationales, universités) qui ont représenté un engagement clair envers l’ODD17 et les partenariats transversaux. Les panélistes et les interventions de l’auditoire représentaient également tous les continents, à l’exception de l’Océanie.  L’accent a été mis sur la présentation d’exemples concrets des possibilités offertes par l’économie sociale et solidaire (ESS) pour contribuer à la réduction des inégalités dans divers domaines, et sur la manière dont elles ont préservé et reconstruit les communautés tout au long de la pandémie de COVID-19.

Ceci est une illustration claire de l’ODD1. La discussion a mis en lumière des exemples concrets dans de multiples domaines (travail informel, logement, production et consommation alimentaire, services de base et autres) dans une perspective solidaire et dans le cadre de l’avancement de la mise en œuvre de l’Agenda 2030.  Ces exemples ont illustré l’ODD2, l’ODD8 et l’ODD11 de différentes manières. L’aspect essentiel était le fait qu’un cercle vicieux de perte d’emplois informels et formels entraîne la perte d’autres droits humains essentiels (droit à l’alimentation, droit à la santé, droit au logement…) alors que les coopératives de femmes et autres coopératives et collectifs communautaires de différents types formalisent les services essentiels qui défendent ces droits. Ces droits soulignent également la nécessité d’une protection de la sécurité sociale et d’un filet de sécurité alimentaire pour tous, basé sur des marchés locaux et territoriaux sains et nutritifs.  Le rôle des autorités locales et des autres niveaux de gouvernement est également essentiel pour soutenir les personnes vulnérables.

Le panel a été modéré par Judith Hitchman, coordinatrice conjointe du RIPESS et présidente d’URGENCI. La logique globale des interventions a mis en évidence la nécessité d’un changement de paradigme par rapport aux modèles actuels de développement économique et de croissance pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) et progresser vers des communautés plus justes, équitables et durables qui respectent les droits de l’homme.

L’ESS joue actuellement un rôle essentiel dans la prise en compte et l’atténuation des impacts à court et à long terme du COVID-19 qui peuvent contribuer de manière significative à un tel changement de paradigme. À court terme, les acteurs de l’ESS disposent de solutions collectives qui renforcent les services publics et complètent l’action des gouvernements. A long terme, l’ESS offre des alternatives économiques, promeut des modèles inclusifs et durables, et renforce l’accès à de nombreux droits humains. Ces aspects ont été reconnus par le Secrétaire général de l’ONU dans son discours devant la Commission des Nations unies pour le développement social en février 2021. Il a déclaré que « l’économie sociale et solidaire incarne un autre modèle qui recherche un nouvel équilibre entre l’efficacité économique et la résilience environnementale ».

Tous ces aspects ont été clairement exposés par Nelson Saule, le co-coordinateur de la Plateforme mondiale pour le droit à la ville, dans son introduction à l’événement parallèle.

La première intervenante était Sonia Diaz de Women in Informal Employment : Globalizing and Organizing (WIEGO), qui a centré son intervention sur les coopératives comme voie vers la dignité, en révélant les actions de WIEGO avec les ramasseurs de déchets informels au Brésil. Le COVID19 a eu des effets dévastateurs sur la vie des travailleurs informels, qui peuvent trouver un chemin vers un travail décent et digne grâce aux coopératives. Les gouvernements doivent s’assurer que les problèmes des travailleurs informels sont abordés, en partageant des informations et des outils de plaidoyer, et en plaidant pour des politiques et des plans qui incluent les travailleurs informels.

Elle a été suivie par Simel Esim, une économiste féministe qui dirige la Division des coopératives de l’Organisation internationale du travail (OIT). Elle a mis en évidence un exemple pertinent de ces solutions : les coopératives exclusivement féminines formées dans l’économie informelle dans des secteurs tels que les travailleurs à domicile et les travailleurs domestiques. Elle a partagé certains modèles émergents pour atteindre l’échelle et la durabilité (consortiums parmi les coopératives sociales, franchisage parmi les coopératives de travailleurs domestiques) et la pertinence des niveaux macro (environnements favorables) et méso (construction d’écosystèmes de soutien) pour assurer la survie et la croissance des entreprises collectives féminines dans l’économie informelle.

Ces deux interventions ont été suivies de celle d’André Luzzi, de Habitat International Coalition (HIC) et représentant des pauvres urbains au sein du Comité de coordination du mécanisme de la société civile et des peuples autochtones du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale et la nutrition, qui a donné plusieurs exemples de la manière dont les liens entre les villes et les campagnes et entre les petits producteurs alimentaires ont permis de nourrir les communautés vulnérables dans les villes pendant la pandémie grâce à divers types d’initiatives solidaires et d’agriculture soutenue par la communauté. Le lien entre la santé et les produits agroécologiques frais est un facteur important. Il a souligné la nécessité de protéger les petits producteurs alimentaires périurbains et les agriculteurs agroécologiques de l’agriculture industrielle en termes de droit à une alimentation et une nutrition adéquates.

Ce premier panel a été suivi de plusieurs interventions de l’auditoire qui ont mis en lumière des aspects supplémentaires de différentes perspectives.

 

Mme Norliza Hasim, d’Urbanise Malaysia, a ouvert le deuxième panel. Elle a décrit leur travail de soutien au ministère malaisien du logement et du gouvernement local dans leurs efforts pour générer des solutions urbaines durables intégrées qui couvrent la fourniture de logements et de nombreux autres services qu’elle a partagés avec les participants à l’événement, démontrant clairement à travers ces exemples comment les liens entre le droit au logement et d’autres droits font partie d’un rétablissement à long terme de la pandémie.

Vic Van Vuuren, qui dirige le groupe de travail inter-agences des Nations Unies sur l’économie sociale et solidaire (UNTFSSE), a été le dernier intervenant. Il a axé son intervention sur l’importance de renforcer la reconnaissance internationale de l’ESS pour contribuer à l’Agenda 2030 et aux ODD. Il a particulièrement insisté sur le fait que les partenariats multipartites tels que ceux-ci sont essentiels à la création de politiques innovantes pour une transformation indispensable de notre économie à différents niveaux, y compris dans les communautés locales. Il a appelé à une reprise centrée sur les personnes et la planète, et a souligné le rôle clé que l’ESS peut jouer. Le fait que l’ESS soit une question centrale qui sera abordée lors de la prochaine Conférence de l’OIT en 2022 est un développement significatif qui renforcera la reconnaissance qu’un autre paradigme économique est possible et que les solutions existent déjà.

La session s’est terminée par une deuxième série d’interventions des participants et les remarques finales de Nelson Saule et Judith Hitchman, qui ont souligné la richesse des bonnes pratiques et des solutions existantes pour aller de l’avant vers une société plus inclusive et résiliente fondée sur les droits pour tous.

Pour voir l’enregistrement complet de l’événement parallèle, cliquez ici.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.