Entretien avec Josephine Olive Parilla, une lider-preneuse pour l’ESS

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Josephine Olive Parilla, une micro-entrepreneuse, est l’une des fondatrices de PATAMABA WISE, une entreprise sociale communautaire située dans la ville lacustre d’Angono, à Rizal, à l’est de la métropole de Manille. Elle est connue en tant qu’avocate passionnée de l’autonomisation économique et politique des femmes et de la promotion des droits des femmes dans l’économie informelle.

Elle est une leader des travailleurs informels aux Philippines, étant membre du comité exécutif d’Homenet Philippines, présidente de PATAMABA WISE (Workers in the Informal Sector Enterprise), et secrétaire de la coopérative de producteurs d’Homenet. Elle a été présidente du développement social du Conseil de développement régional de la région IV A (Calabarzon) et membre de la Commission nationale anti-pauvreté (NAPC) du Conseil des travailleurs du secteur informel (WISC).

Elle est également très active dans les mouvements des femmes, en tant que présidente du Conseil local des femmes de la province de Rizal, vice-présidente pour la région de la capitale nationale du Conseil national des femmes des Philippines (NCWP), et membre du point focal pour le genre et le développement de la province de Rizal et de la municipalité d’Angono (GAD). Elle a servi de personne ressource pour de nombreux séminaires et réunions sur les lois relatives aux femmes, telles que la Magna Carta des femmes, sur la violence sexiste, sur la traite, sur l’intégration de la dimension de genre et la planification, et sur bien d’autres sujets. À Angono, des progrès ont été réalisés dans l’engagement d’au moins 30 % des hommes dans des tâches de soins non rémunérées afin d’alléger le fardeau des femmes et de faciliter leur activité économique et leur autonomisation.

 

Comment décririez-vous votre parcours et vos défis en tant que femme chef d’entreprise ?

À huit ans, j’étais déjà dans la distribution. Je vendais du sel et du sucre au marché chaque dimanche pour aider mes parents à couvrir nos dépenses quotidiennes. Pendant mes études secondaires, dès 5 heures du matin, je devais vendre du pain appelé « pandesal » ; à 6 heures, je passais à la vente de poisson, puis à 7 heures, à la préparation du « biko » ou gâteau de riz à vendre à l’école. Pendant mes années d’université, pour soutenir mes études, je me suis mise à coudre ou à réparer des vêtements et j’ai travaillé comme vendeuse tous les dimanches.

En 1987, avec un capital initial de 20 Php pour les matières premières et une machine à coudre, j’ai commencé à produire des pantoufles de chambre.  Je faisais ma production la nuit et je vendais la production à l’école pendant la journée. J’ai ensuite eu une fille à l’école maternelle, puis six autres enfants avec ma compagne. L’entreprise a prospéré, mais ma deuxième enfant est tombée gravement malade et a été hospitalisée à l’âge de quatre mois.

Mais je n’ai pas arrêté et j’ai relancé l’entreprise avec un capital de 3 500 Php de mon partenaire. En moins d’un an, mon activité s’est développée et avec un effectif de 17 personnes : 12 couturières, 2 modélistes et 3 responsables de la finition.

En 1992, je suis devenu membre de la PATAMABA et j’ai représenté la PATAMABA auprès de l’Association de marketing des groupes et des individus dans la communauté (MAGIC).   En 1995, mon entreprise de chaussures s’est développée et s’est lancée dans la broderie.

 

Comment votre engagement avec l’ESS a-t-il évolué ?

J’ai été exposée au concept d’entreprise sociale en 1994 et, par la suite, à l’économie sociale et solidaire (ESS), par le biais de séminaires, de conférences et de travail de sensibilisation. J’ai rejoint l’atelier sous-régional d’Homenet Asie du Sud-Est (HNSEA) sur l’ESS en 2008 au Laos, où j’ai découvert les différents modèles d’ESS d’autres pays.

J’ai appliqué le concept d’ESS dans les activités économiques à la PATAMABA-WISE (Workers in the Informal Sector Enterprise) qui est la branche de subsistance de la PATAMABA dans la province de Rizal. Elle fait partie d’un réseau national de travailleurs informels appelé PATAMABA qui compte 19 000 membres, dont 98 % de femmes, répartis dans huit régions et 34 provinces.

 

PATAMABA WISE a été enregistré auprès du ministère du travail et de l’emploi (DOLE) et du gouvernement municipal d’Angono.  Elle a commencé avec 29 membres contribuant chacun à hauteur de 200 Php en 2009, et s’est étendue depuis à 238 membres (en majorité des femmes, avec moins de dix hommes).  Il existe des pôles de production (sur la fabrication de chiffons, la fabrication de paillassons, la couture de rideaux et de draps, les produits de soins à domicile, les accessoires, la fabrication de boîtes et de cadres en nénuphar et en tissu Ilocano recyclé) dirigés pour la plupart par des dirigeants de PATAMABA WISE qui sont actifs depuis le lancement du programme local de lutte contre la pauvreté Bottom Up Budgeting (BUB) à Angono. Les principaux acheteurs sont les employés de la municipalité et des communautés voisines, mais certains des produits sont également achetés par l’intermédiaire de la coopérative de producteurs Homenet, des bazars et des étalages des centres commerciaux.

 

Comment avez-vous connu le RIPESS ?

Mon exposition au RIPESS a commencé en 2013, lors de la quatrième conférence intercontinentale du RIPESS qui s’est tenue à l’Université des Philippines. En 2015, j’ai été invité par le RIPESS à présenter la pratique de l’ESS d’Homenet SEA avec Poonsap Tulaphan d’Homenet Thaïlande à Montréal Québec. Je suis active au sein du Conseil asiatique de l’économie solidaire (ASEC), où je suis personne ressource et participe aux nombreuses sessions de l’académie en ligne d’ESS de l’ASEC en 2020, qui ont culminé avec le Forum des peuples de l’ANASE en novembre dernier.

L’ESS est l’un des points prioritaires de l’agenda des travailleurs de l’économie informelle. Elle ne se situe pas seulement au niveau national, mais aussi au niveau local, car les collectivités locales restent les principaux responsables de l’amélioration du statut économique des communautés locales. Dans la recommandation de l’OIT concernant la transition de l’économie informelle à l’économie formelle, l’ESS est considérée comme une voie majeure pour un travail plus nombreux et de meilleure qualité, basé sur la reconnaissance des droits de tous les travailleurs.

 

Quel a été l’impact du Covid-19 sur votre travail d’ESS et comment les travailleurs informels organisés de votre communauté ont-ils réagi ?

Les initiatives d’ESS à Angono ont été confrontées à des défis majeurs avec l’impact de covid-19. La pandémie a provoqué la faim, des problèmes de santé, des violences domestiques et la dépression. La perte de revenus est un facteur important car elle a un effet domino sur les dépenses de santé, le paiement des services publics, les dépenses quotidiennes pour les besoins de base, le paiement des dettes et des prêts. De même, la scolarisation est devenue un problème pour les parents, car ils devaient dépenser pour des gadgets, l’internet et le paiement des modules. Et l’aide gouvernementale était très insuffisante.

 

 

Nous, à PATAMABA WISE, soutenus par Homenet Philippines, avons relevé le défi en menant des campagnes de dons pour la nourriture, les médicaments et d’autres besoins de base. Nous avons également produit des masques faciaux, des désinfectants pour les mains et des équipements de protection individuelle (EPI). Nous sommes passés à la production alimentaire, avons développé des jardins communautaires, sommes passés au marketing en ligne et avons plaidé pour une protection sociale universelle et une gouvernance participative en vue du rétablissement des moyens de subsistance. La résilience, l’innovation et l’autonomisation sont les principales leçons apprises dans notre lutte collective pour survivre et prévaloir ».

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.