Au-delà de l’urgence COVID19 : Souveraineté alimentaire et droit à l’alimentation

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Dans le cadre d’une série de webinaires visant à analyser les réponses collectives et durables en matière d’ESS au-delà de Covid-19, le RIPESS Intercontinental a organisé un webinaire axé sur le droit à l’alimentation et la sécurité alimentaire.

Écrit par Judith Hitchman, Urgenci et RIPESS Intercontinental

Le troisième de la série spéciale de webinaires du RIPESS a couvert le domaine de COVID-19, la souveraineté alimentaire, l’Économie Solidaire et le droit à l’alimentation. Les participants étaient Qiana Mickie, consultante politique spéciale auprès de Just Food à New York, Judith Hitchman, présidente du réseau agricole soutenu par la communauté internationale d’Urgenci, et Marcus Hill, du réseau américain d’économie solidaire en tant qu’invité spécial. Sofia Monsalve, secrétaire générale de FIAN International, était la modératrice très compétente.

Qiana Mickie a commencé par planter le décor et expliquer comment l’agriculture d’entreprise et le capitalisme industriel s’effritent rapidement sur les lignes de faille existantes de la race, de la classe et de l’exploitation, faisant passer le profit avant les personnes et la terre. COVID- 19 s’est aggravé cet automne. Le message du système alimentaire industriel de Smithfield’s, le plus grand producteur de porc américain, est que l’approvisionnement alimentaire est en danger. Ceci est destiné à susciter la peur chez les gens. Il y a un goulot d’étranglement dans ce système défectueux qui repose sur les grandes entreprises, les grandes exploitations et les producteurs de matières premières. Cependant, cela ne reflète en rien la chaîne d’approvisionnement alimentaire basée sur la solidarité locale.

L’un des principaux défis actuels est le réassemblage rapide du capitalisme industriel à la lumière de COVID-19, dont nous savons par expérience que le système deviendra encore plus exploiteur, extractif et nuisible qu’auparavant. Nous voyons également comment l’agriculture d’entreprise approfondit son lien avec les modèles de réponse d’urgence qui sont basés sur le travail caritatif et les soupes populaires qui maintiennent constamment les gens dans le besoin plutôt que de construire non pas l’autodétermination et la souveraineté alimentaire. Il s’agit simplement de mesures palliatives pour compenser le goulot d’étranglement des cultures et du bétail et d’une cooptation de langage, pour répondre à la sécurité alimentaire et aux besoins réels. Il y aura maintenant encore plus de personnes qui seront canalisées dans ce cycle de dépendance de l’excès de nourriture qui a aussi un effet d’entraînement négatif en termes de bas prix payés aux producteurs. Les modèles d’aide alimentaire d’urgence, comme les garde-manger et les banques alimentaires, voient les dons – monétaires et alimentaires – augmenter en cas de crise. Cela reste charitable et ne fait pas sortir les gens du système de dépendance néolibéral.

Quelles sont donc les solutions ? Au milieu de cette crise et de ce besoin, nous devons amplifier nos actions et ne pas perdre nos principes de solidarité et travailler à la souveraineté alimentaire. C’est ainsi que nous pouvons repousser le réaménagement d’un système inéquitable, en en construisant un basé sur la coopération, la justice sociale et la souveraineté alimentaire. Il existe des solutions dans les économies alimentaires alternatives basées sur la solidarité et l’autodétermination, comme l’agriculture soutenue par la communauté, les marchés de producteurs gérés par la communauté qui soutiennent les agriculteurs locaux à un prix équitable pour des aliments sains cultivés selon des principes agroécologiques qui garantissent l’absence d’utilisation d’intrants chimiques et un revenu équitable pour les producteurs et les travailleurs agricoles ainsi qu’une distribution directe à la communauté.

La lutte à laquelle sont confrontés les habitants de New York est que la chaîne d’approvisionnement alimentaire locale manque de ressources et risque d’être encore plus marginalisée. Alors que certains CSA internes voient le nombre de leurs membres augmenter, aux États-Unis et surtout à New York, les engagements des membres sont moins importants. Nous savons que les chaînes d’approvisionnement locales sont plus directes, qu’il y a une plus grande transparence dans la récolte et les pratiques agricoles, et moins d’intermédiaires dans le système.

Just Food travaille sur des politiques qui soutiendront les modèles de producteurs-consommateurs locaux et les agriculteurs diversifiés de notre région, en identifiant des ressources pour les agriculteurs locaux et les groupes communautaires afin de garantir la disponibilité de l’approvisionnement local. Cela inclut l’identification de partenaires ESS pour travailler sur la livraison du dernier kilomètre et la livraison à domicile de parts aux personnes confinées chez elles.

Afin de mieux intensifier la production agricole urbaine à New York, nous avons besoin d’une politique agricole urbaine améliorée et globale qui encourage et soutient les entreprises sur les terres communes appartenant aux municipalités et qui reconnaisse l’inégalité dans le spectre de l’agriculture urbaine entre l’agriculture communautaire et les technologies agricoles. L’agriculture urbaine dans nos communautés a longtemps été négligée et réalisée essentiellement par des communautés de couleur et à revenus mixtes. La plupart des jardins communautaires relèvent des dispositions relatives aux parcs de la ville de New York. Ils ont besoin de protocoles réalisables qu’ils peuvent suivre de manière cohérente pour passer à l’échelle de la production ainsi que du sens des affaires. Des ressources supplémentaires sont nécessaires car l’agriculture urbaine communautaire ne bénéficie pas du même financement que l’agriculture industrielle. La mise en place d’une agriculture urbaine à grande échelle pour répondre à un besoin généré par COVID- 19 prendra du temps. Il faut également qu’il y ait une intersection entre l’agriculture urbaine, l’agriculture rurale et l’agriculture périurbaine. L’agriculture urbaine peut contribuer à répondre à un besoin diversifié dans la ville, mais elle ne peut et ne veut pas remplacer le travail et l’échelle connue de l’agriculture rurale.  Elle peut cependant s’appuyer sur des modèles d’ESS qui ont fait leurs preuves et dont la mission est d’aider à accélérer la mise en place de meilleurs systèmes. Nous aurons également besoin d’infrastructures dans la ville, telles que des centres alimentaires communautaires, de stockage et d’agrégation. Une politique efficace pour l’agriculture urbaine aux niveaux local, étatique et fédéral est encore nécessaire.

+++
Judith Hitchman a commencé par un bref aperçu du rapport SOFI de la FAO de 2019 qui souligne la recrudescence de la sous-alimentation et de l’insécurité alimentaire dans le monde – y compris dans les pays développés – ainsi qu’une augmentation significative de l’obésité, entraînant un nombre accru de personnes souffrant de maladies non transmissibles telles que le cancer, le diabète et les maladies cardiaques. Afin de réaliser la souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation, nous devons nous appuyer sur les dix principes de l’agroécologie tels que reconnus par la FAO. Urgenci a publié une déclaration sur la situation de Covid, qui indique également comment nous pouvons faire partie d’un changement de système plus large et aller de l’avant au-delà de cette crise. Parce que la crise sanitaire crée une crise économique qui va également conduire à une insécurité alimentaire fortement accrue. Les principes de l’économie solidaire peuvent nous aider à résoudre ce problème de manière transversale. Nous devons soutenir la législation et la mise en œuvre de systèmes alimentaires territoriaux durables fondés sur la politique de connexion des petits exploitants aux marchés et la stratégie « de la ferme à la table ». Le gouvernement local, en tant que niveau le plus proche des citoyens, doit également soutenir les approches qui permettent l’accès des populations vulnérables à une alimentation nutritive de haute qualité.

Avec l’avènement de Covid-19, de nombreuses formes existantes de distribution alimentaire et de chaînes industrielles ont été perturbées. Cependant, presque tous les pays ont convenu que la distribution de l’agriculture soutenue par la communauté est sûre et peut continuer, car il y a un contact minimal avec les gens entre le terrain et le ramassage par les membres. En Chine, au plus fort de l’épidémie de Covid en janvier, la demande d’Agriculture soutenue par la Communauté et de boîtes de légumes livrées à domicile a augmenté d’environ 300 %. En Europe, la demande est similaire mais légèrement inférieure. La difficulté que cela pose est que les producteurs de l’ASC se développent en fonction de souscriptions qui sont signées et payées à l’avance, et que la production ne peut pas être soudainement augmentée du jour au lendemain. Ce qui s’est produit et se produit encore, c’est la création de nombreuses nouvelles plateformes reliant les producteurs et les consommateurs locaux. Elles prennent de nombreuses formes différentes, de la livraison à domicile à la livraison en voiture. Certaines sont authentiques en termes de principes de l’ESS, d’autres sont purement capturées par le système de l’agriculture industrielle et utilisent des principes néo-libéraux. Il est ainsi possible de trouver des boîtes de légumes qui coûtent plus du double de ce que pourrait coûter une part d’ESS !

Aujourd’hui plus que jamais, le rôle d’Urgenci est de plaider au niveau politique pour des chaînes alimentaires courtes et directes telles que l’ASC, les marchés de producteurs et les magasins coopératifs de producteurs et de consommateurs ainsi que les groupes d’achats collectifs et les politiques de marchés publics participatifs qui garantissent le droit à une alimentation saine et nutritive pour tous, sur la base des principes de l’Économie Sociale Solidaire, de l’équité et de la justice alimentaire. En d’autres termes, sur l’agroécologie et la souveraineté alimentaire.

+++

Marcus Hill a commencé par fournir quelques informations générales : Winston-Salem, où il est basé, est la 5ème plus grande ville de Caroline du Nord avec une population d’environ ¼ millions d’habitants. Il a été noté dans le passé que c’est l’une des régions du pays où l’insécurité alimentaire est la plus grande et l’une des pires régions pour la mobilité économique. La ségrégation sociale et raciale y est encore très forte. Elle souffre d’embourgeoisement et a une longue histoire de politiques de logement racistes, d’investissements inéquitables et, pour beaucoup, d’un accès insuffisant à des ressources suffisantes. En tant que tel, il y a très peu de filets de sécurité et une inclusion politique insuffisante pour une grande partie de notre population, et une grande partie de ce que Covid -19 a exposé en termes de systèmes sociaux et économiques fragiles et inadéquats a été ici depuis le début pour les quartiers défavorisés. Mais si la fragilité de ce système alimentaire capitaliste et la prise en compte des inquiétudes de chacun à son sujet sont désormais une réalité, ces conditions ne sont pas si différentes de ce que de nombreux quartiers ont déjà connu. La réponse a donc été de continuer à promouvoir la vision à long terme élaborée collectivement pour un développement communautaire inclusif et de continuer à construire.

Le projet particulier lié à la souveraineté alimentaire vise à voir si nous pouvons créer des moyens de subsistance viables à partir de l’agriculture urbaine d’une manière très stratégique et spécifique. Nous sommes en train de créer un organisme à but non lucratif basé dans les quartiers (avec une représentation au conseil d’administration dans de nombreux quartiers défavorisés de la ville, pour apprendre et élaborer des stratégies collectivement et ainsi servir de centre d’organisation). Cela signifie que nous travaillons avec des diplômés de l’école agricole urbaine de la région pour créer une coopérative d’agriculteurs urbains pour l’achat collectif, le partage des ressources, un meilleur accès au marché et une base pour la propriété collective des terres par le biais d’une fiducie foncière communautaire. Le groupe a également acheté un bus et cherche à mettre en place un « centre alimentaire » mobile, à la fois pour déplacer les agriculteurs urbains disposant de moyens de transport limités et pour regrouper et distribuer les produits urbains et ruraux dans la région. Cette nouvelle infrastructure de distribution offre un potentiel de développement de l’ASC à partir de ces fermes urbaines. Tout cela répond à la demande accrue de produits alimentaires locaux.

Il y a également une composante culturelle et politique à cela ainsi que le soutien d’une organisation plus large allant au-delà de la seule économie alimentaire, plus une composante écologique travaillant pour que nos parcs urbains voisins se convertissent à l’entretien biologique du paysage.

Certains des nouveaux cadres donnent un aperçu de la manière dont le projet global est construit. Tout d’abord, la structure s’inspire en partie du travail de la Democracy Collaborative. Leur travail s’appuie sur des modèles de création de richesse communautaire décolonisée et de collaboration d’ancrage, c’est-à-dire des moyens de créer un écosystème collaboratif d’institutions d’ancrage qui peuvent soutenir un projet communautaire comme celui-ci de manière mutuellement bénéfique. Ce modèle est un peu différent des modèles traditionnels de philanthropie/bénéficiaire de services et souvent de charité. Les éléments du projet sont alors alimentés par un cadre d’économie solidaire (coopératives, CSA, fiducies foncières, etc.). Enfin, la dimension politique participative a ici plusieurs racines différentes, avec un accent particulier sur les Conseils de politique alimentaire. Une grande partie de ce travail est directement issue des efforts des CPE, car ce sont de grands microcosmes de démocratie participative.

Les présentations ont été suivies d’un échange énergique et riche avec certains des nombreux participants au webinaire. Ce qui est clair, c’est qu’avec Covid-19, nous sommes confrontés à des défis plus aigus pour les systèmes alimentaires néo-libéraux existants. La question de savoir si l’ESS réussira à relever ces défis pour faire reconnaître au niveau mondial la souveraineté alimentaire et le droit à l’alimentation sera également liée au besoin profond de changement dans les domaines de l’accès à la terre, aux semences et à l’eau, qui sont les éléments de base de la réalisation de la souveraineté alimentaire et du droit à l’alimentation et à la nutrition.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.