Total: 10477 articles: voir la liste des sources

Nouvelles de l'ESS

Montrer: toutes  |  nouvelles selectionnées  |  nouvelles du RIPESS


Taller de embutidos y ahumados en Imbabura

18/02/2017 - Source: MESSE
Los días 13 y 14 de Febrero de 2017, como parte del proceso de interaprendizaje del messe, se realizó en la ciudad de Ibarra, parroquia San Clemente, el taller de embutidos y ahumados. Participaron en el taller miembros dinamizadores del movimiento de Imbabura, Pichincha y Loja. El taller tuvo como objetivo realizar una introducción al proceso de embutidos, matanza y desposte del cerdo, reconocimiento de las partes importantes del puerco para el procesamiento de los embutidos.
 
Conocimiento de los utensillos para el trabajo, ingredientes a utilizarse, limpieza de tripas para elembutido. Al finalizar el taller todos los participantes pudieron llevar su porción de salchichas, jamones, chorizos y ahumados.
LUGAR: Ibarra, San Clemente
FACILITADOR: Juan Borquez (chileno) Proyecto agroecológico “A su Merced”. Embutidos y elaborados artesanales

 

 


La Feria de Productores “Frutos de la Pachamama”

18/02/2017 - Source: MESSE
En ciudad de Ibarra se promueve la economía  se promueve la econmía social y solidaria.


« Initiatives structurantes pour l’entrepreneuriat dans les territoires fragiles »

17/02/2017 - Source: Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire

L’Agence France Entrepreneur lance à destination des régions et métropoles un appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Initiatives structurantes pour l’entrepreneuriat dans les territoires fragiles (QPV, ZRR, Outre-mer) », doté de 7 millions d’euros, qui peut particulièrement concerner les acteurs de l’ESS. Le 1er février 2017, à l’occasion du Salon des Entrepreneurs de Paris, le président de la République a annoncé le lancement de 3 appels à projets d’envergure portés par l’Agence France Entrepreneur (AFE) (…)


Newsletter hebdomadaire

/
,
,
,
,
,


Appel à projets ESS 2017 du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis

17/02/2017 - Source: Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire

Pour 2017, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis reconduit son appel à projets ESS permanent. Il s’agit de confirmer la réalité du développement de l’ESS en Seine-Saint-Denis et la création d’emplois locaux pour les habitants du territoire. Depuis le lancement du premier appel à projets en 2012, 126 projets sur le territoire portés par une centaine de structures ont été soutenus. La transmission des candidatures doit se faire avant le 6 mars pour les projets développés en 2017, avant le 4 (…)


40. Territoires solidaires : l’actualité des adhérents

/
,
,


Europe : formation à Göteborg sur les marchés publics les 1er & 2 mars et rencontre à Bruxelles le 7 mars en lien avec les 60 ans du Traité de Rome

17/02/2017 - Source: Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire

1er & 2 mars à Göteborg- « Les marchés publics pour soutenir le partenariat entre les autorités locales et l’ESS » – organisée par le réseau REVES. 7 mars à Bruxelles – 60e anniversaire du Traité de Rome : la contribution de l’ESS à la cohésion en Europe – organisée par l’intergroupe Économie sociale du Parlement Européen. 1er & 2 mars à Göteborg REVES organise une première réunion de formation sur l’apport des marchés publics aux entreprises sociales. Cette réunion fait suite à la transposition de (…)


Newsletter hebdomadaire

/
,
,


Le RTES vous propose un nouveau rendez-vous hebdomadaire

17/02/2017 - Source: Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire

Vous lisez le 1er numéro du flash hebdo destiné aux collectivités adhérentes du RTES. Chaque semaine, vous aurez la primeur d’informations sur le réseau, d’appels à projet, ou d’invitations à des rencontres. Faites-nous part de vos remarques sur cette nouvelle formule, complémentaire de la lettre électronique mensuelle que vous continuerez à recevoir. Si vous ne souhaitez pas recevoir ce flash hebdo, cliquez (…)


Newsletter hebdomadaire


Retours sur le conseil d’administration du RTES du 8 février

17/02/2017 - Source: Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire

Le CA du RTES s’est réuni ce 8 février à Bercy, en présence d’Odile Kirchner en dernière partie. L’occasion de dresser un bilan de l’année 2016, marquée par les publications sur la Politique de la Ville et les Pôles Territoriaux de Coopération Economique, le partenariat avec le CNFPT et le développement des formations en ligne, des rencontres au Sicoval, à Bordeaux, à Lyon et à Paris,… et surtout de préparer une riche année 2017. Retrouvez les actions menées par le RTES en 2016 ICI, notre programme (…)


Newsletter hebdomadaire


De la coopérative à la coopération… et réciproquement

17/02/2017 - Source: Revue internationale de l’économie sociale

Accompagnant l’essor de l’économie sociale et solidaire, la Recma s’étoffe de numéro en numéro. Celui-ci comprend huit articles : un dossier de cinq articles sur les pôles territoriaux de coopération économique (PTCE), introduit par Laurent Fraisse et Patrick Gianfaldoni, et trois articles hors dossier.

Nos collègues québécois Marie-Claude Beaudin et Michel Séguin se demandent si la finalité des coopératives bancaires constitue un avantage pour attirer de futurs diplômés. Le point semble acquis pour des coopératives dont l’objectif de service aux membres paraît constituer un atout décisif face à la concurrence des banques visant le profit. En réalité, et c’est tout l’intérêt de l’article, il ne l’est qu’à certaines conditions.

Dans son article « L’émergence du marché des consultants associatifs : le dispositif local d’accompagnement (DLA), un “plan Marshall ­associatif” ? », Simon Cottin-Marx étudie les nouveaux consultants associatifs. Il montre la place prise par la puissance publique et précise les contours des consultants qui jouent, entre autres rôles, celui de passeurs de pratiques gestionnaires.

Tsvetelina Marinova et Nikolay Nenovsky livrent une passionnante réflexion sur l’histoire et la transformation institutionnelle des banques coopératives bulgares. Ils soulignent en particulier l’ancrage du crédit social dans les formes communautaires (les zadrugas) et étudient les interrelations entre le crédit coopératif, le marché et l’Etat. Ce parti pris constitue le caractère le plus novateur de ce travail.

A côté de l’intérêt constant suscité par l’essor des associations et leur professionnalisation, abordée ici à partir des consultants associatifs par S. Cottin-Marx, la coopération est un nouveau champ qui motive de nombreux travaux. Nouveau parce qu’il s’agit d’un intérêt qui dépasse le cadre ­classique des coopératives.
Certes, les coopératives ne sont pas en reste : comme en témoignent les comptes rendus d’ouvrages publiés dans ce numéro, elles sont à nouveau sur le devant de la scène. Le regain d’intérêt touche surtout la coopération de production : les Scop, les Scic et les CAE. Il s’élargit désormais aux autres types de coopératives : artisanales, agricoles, de consommateurs, de crédit…

Il y a quelques années encore, les grandes maisons d’édition ne se risquaient pas à publier des ouvrages sur les coopératives. La recherche coopérative trouve désormais un écho au-delà des cercles militants, ce qui n’était pas arrivé depuis de nombreuses décennies. Mais cet écho porte également sur la coopération au sens large : de nombreux travaux utilisent le terme de coopération sans étudier les coopératives.

C’est en ce sens par exemple que les PTCE parlent de coopération, qui désigne ici essentiellement le travail commun d’acteurs d’un territoire. Collectivités, associations, petites et moyennes entreprises classiques, centres d’études et de recherches sont les acteurs les plus fréquents des PTCE, et la présence de coopératives, si elle est bienvenue, n’est pas requise.
La première interprétation qui peut être faite de cet élargissement est que la coopération est abordée, non sous l’angle juridique, ni même sous l’angle strictement économique, mais selon une pluralité d’approches intégrant la dimension sociale de l’action : fondamentalement, coopérer, agir ensemble, équivaut à échanger de façon non conflictuelle et non concurrentielle ; on coopère en collaborant avec d’autres en vue d’une fin commune. La coopération témoigne donc non seulement de l’adoption de règles formelles mais également d’un état d’esprit, d’une posture, voire d’une philosophie. Sans doute peut-on faire l’hypothèse que nos sociétés ressentent un besoin de coopération, de cohésion, de solidarité dont un individualisme envahissant suscite le manque ?
Dans ce cadre large, la coopération a déjà fait l’objet de nombreuses définitions qui ne sont pas toutes congruentes : la coopération Nord-Sud, la coopération verticale, la coopération décentralisée, la coopération internationale ou encore les accords de coopération horizontale traduisent des volontés politiques de collectivités publiques ; la coopération économique, la coopération dans le travail (terme déjà utilisé par Marx pour désigner le travail dans les grandes entreprises), l’intercoopération entre coopé­ratives, la coopération dans l’entreprise (initialement promue par Taylor), le management coopératif, le groupement coopératif social et médico-social (GCSMS), ont l’entreprise pour cadre ou acteur majeur ; la coopération dans le jeu, la coopération dans l’économie du Net, considérée comme premier stade d’une véritable économie collaborative, témoignent d’autres élaborations récentes.

Cette appropriation, réjouissante, n’est sans doute pas sans produire des effets sur la coopération au sein des coopératives. En effet, les coopératives ne sont logiquement pas en capacité d’intégrer l’ensemble des formes de la coopération telles qu’elles sont déployées aujourd’hui. Et, tout aussi inévitablement, des conflits de sens ou de postures naissent de la dissociation des domaines d’application de la coopération.
Ainsi, la « coopération » entre producteurs et consommateurs est aujourd’hui majoritairement réalisée par des entreprises coopératives : les coopératives agricoles, artisanales ou de production alimentent le commerce équitable, les coopératives de commerçants de type Biocoop ou Système U, de même que les coopératives de consommateurs observent une attention particulière aux producteurs, de nombreuses coopératives agricoles associent producteurs et consommateurs, telles les sociétés d’intérêt collectif agricole (Sica) en France – mais le modèle existe dans de nombreux pays de l’hémis­phère Sud et dans d’anciennes républiques soviétiques et se réinvente actuellement aux Pays-Bas –, les sociétés coopératives d’intérêt collectif (Scic) associent salariés et usagers, les Teikei japonais, les Amap françaises font de même. Ces organisations sont autant de formes coopératives intégrant la coopération entre producteurs et consommateurs.

Face à cette explosion de « coopératives coopérantes », ainsi qu’Henri Desroche les nommait déjà, et face à l’essor de la coopération dans les échanges les plus variés entre les individus et les groupes sociaux, les ­entreprises coopératives peuvent-elles ne pas intégrer plus largement la coopé­ration – qu’il s’agisse de celle qui anime le développement des territoires ou de celle qui bouleverse le rapport au travail et à la consommation – sans prendre le risque d’un affaiblissement de l’ensemble du mouvement coopératif ?

Jean-François Draperi

 

Nouvelle catégorie: 
1238121 310