« Nous parlons de solidarité, alors mettons-la en action! »

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Découvrez l’interview avec les nouveaux co-coordinateurs du réseau RIPESS: Marcus Hill du RIPESS Amérique du Nord (États-Unis), Judith Hitchman du réseau mondial d’agriculture solidaire, URGENCI, et Shigeru Tanaka de l’ASEC / RIPESS Asia (Japon). Ils partagent leur vision de l’ESS, leurs ambitions pour le RIPESS et leurs opinions sur la manière dont leur expérience particulière peut bénéficier au réseau.

 

– Vous êtes les nouveaux co-coordinateurs du RIPESS. Pouvez-vous partager votre vision de RIPESS ?

Shigeru : Je pense que nous savons tous que l’économie solidaire fonctionne dans de nombreux endroits, dans de nombreuses localités, nous avons de nombreux cas de réussite et nous savons donc que cela fonctionne à l’échelle micro. Mais nous devons le porter sur la scène internationale afin de briser les barrières d’échelle. Et je pense que c’est la valeur ajoutée de RIPESS. Des organisations qui se rassemblent en réseau pour montrer que l’ESS est quelque chose qui non seulement fonctionne à plus petite échelle, mais également transforme des sociétés entières. Le rôle de RIPESS Intercontinental est d’en tirer parti. Ou du moins, c’est ce que je voudrais renforcer dans les prochaines années.

Judith : Le monde est en état de crise. Nous avons une pandémie mondiale qui mène à ce qui est probablement la pire crise économique des cent dernières années et nous avons la crise climatique qui est balayée sous le tapis. Toutes ces crises ont été causées par le système néolibéral. Le système néolibéral ne peut pas résoudre ces crises. Ils peuvent faire de l’écoblanchissement, mais ils ne peuvent pas réparer la situation. La solution vient de l’économie solidaire, des initiatives menées par la base. C’est donc la voix que nous devons porter très fortement dans les institutions. Et nous commençons à gagner une certaine reconnaissance.

L’ESS est intersectionnelle par nature ; nous devons travailler avec d’autres mouvements sociaux afin de faire un réel changement dans la société, car l’alternative est la fin de nous et la fin de la planète.

Marcus : Je pense que nous avons encore le temps d’agir. À travers toutes nos expériences, nous avons vu à la fois des micro- et des macro-projets pour savoir qu’il existe des alternatives et pour avoir une organisation mondiale et intercontinentale capable d’articuler ces possibilités et ces connexions et d’opérer à différentes échelles pour voir ce qui est possible. Nous avons vraiment besoin de cela maintenant, nous devons établir ces liens pour établir la solidarité. Par exemple, lorsque je suis ici chez moi et que je travaille sur un très petit projet, je peux voir qu’à l’échelle internationale, il se passe quelque chose de très similaire, et cela nous donne du pouvoir. Nous pouvons faire nos petites choses ici, nous pouvons nous connecter, créer un réseau mondial. Nous parlons de solidarité, alors mettons-la en action. Je pense que c’est là que résident le pouvoir et la responsabilité, et j’espère sincèrement que le comité mixte progressera dans cette direction.

 

– Quelle est votre ambition pour votre coordination conjointe ? Comment percevez-vous votre rôle ?

Marcus : Définitivement mettre l’accent sur le réseautage, il faut l’amplifier.

Judith : Je pense que notre rôle de co-coordinateurs est transversal. J’ai d’abord rejoint le Conseil d’administration du RIPESS en tant que l’une des représentants pour l’Europe, mais au cours des 2 dernières années j’ai rempli le même rôle pour Urgenci et c’était facile pour moi car il s’agissait du sujet de l’agroécologie ; mais ce nouveau rôle (en tant que coordinateur conjoint du RIPESS) signifie passer à une promotion beaucoup plus poussée de tous les enjeux de l’ESS, ce qui sera aussi dans une certaine mesure une courbe d’apprentissage pour moi. Mon rôle est spécifiquement lié au plaidoyer et aux aspects généraux de l’ESS, c’est quelque chose sur quoi je travaille depuis 25-30 ans, donc la promouvoir comme une option viable dans le monde ne serait pas juste un projet, mais le projet global.

Shigeru : Sur un plan plus pragmatique, notre rôle est de sécuriser l’infrastructure qui peut maintenir les projets et les ambitions du RIPESS en vie. C’est le rôle du Conseil dans son ensemble, mais je pense qu’en tant que coordonnateurs conjoints, nous avons un rôle clé à jouer à cet égard.

 

– Pour la première fois, le RIPESS dispose d’une équipe de coordination commune, marquée par le sexe, l’âge et la diversité culturelle. Comment pensez-vous que ce résultat affectera votre style de coordination ?

Shigeru : Je viens d’un pays où l’éducation consiste essentiellement à aller à l’école et où je peux donner la bonne réponse à la question d’examen. Cela nous a mis dans un état d’esprit où les gens ont tendance à penser qu’il y a la meilleure réponse correcte pour tout. Mais je pense que la beauté de l’économie solidaire est qu’il existe de nombreuses réponses correctes et de nombreuses façons de procéder. Donc pour moi et pour beaucoup de gens travaillant sur ce sujet, embrasser l’ESS est une expérience très libératrice. Vous comprenez que vous n’avez pas à vous enfermer dans ce qui est censé être bien ou mal, ce que vous devriez ou ne devriez pas faire. Cela nous soulage d’une terrible pression. Et je veux que le Conseil fonctionne de la même manière que libère les personnes qui travaillent avec RIPESS.

Marcus : Aux États-Unis, nous sommes dans un moment de crise depuis assez longtemps. La base de ce pays, l’économie globale est bien connue pour son exploitation, et les États-Unis sont très raciaux et très classistes. Nous parlons ici de changement et d’amélioration, mais ces idées sont toujours ancrées dans le néolibéralisme; et dans le néolibéralisme, personne ne conteste le statu quo. Nous nous limitons donc à voter tous les quatre ans.

Nous avons besoin de meilleures alternatives, nous avons besoin de meilleurs systèmes et infrastructures démocratiques, fondés sur la participation, la responsabilité, la transparence, l’équité et la durabilité. L’ambition de RIPESS est d’offrir ces alternatives. Mon travail consiste donc essentiellement à connecter mon travail local à des contextes et des solutions globaux.

Judith : L’économie solidaire et les mouvements de souveraineté alimentaire sont tous les deux nés dans les années 1990 et je suis impliquée dans les deux plus ou moins depuis le début. Le mouvement pour la souveraineté alimentaire est probablement plus reconnu et mieux développé que l’ESS au niveau mondial, mais il y a plusieurs milliers de millions de personnes impliquées dans le monde entier. J’ai passé les 15 dernières années à essayer de rapprocher ces deux mouvements car je ne pense pas que nous puissions parvenir à la souveraineté alimentaire sans faire ce changement essentiel de l’économie solidaire.

De plus, j’ai l’honneur d’être une leader mondiale dans mon propre mouvement qui compte environ 3 millions de membres, ce qui me donne une expérience pratique d’un travail d’équipe convivial que je pense essentiel pour un travail efficace.

Et je suis aussi très irlandaise dans ma façon de faire et dans ma culture ; cela signifie que ce qui compte pour moi ce n’est pas la qualification, statut social ou âge. Ce qui compte pour moi c’est les affinités pour travailler ensemble, faire des choses ensemble et partager des idées. Et je pense que notre coordination représente une incroyable diversité culturelle, de genre d’âge et raciale. Je pense que nous représentons de nombreux enjeux auxquels nos sociétés doivent faire face de trois manières différentes. Donc, travailler ensemble ne peut être que très amusant pour moi. Ça doit être amusant, sinon je ne peux pas le faire !

 

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.