COVID-19 : La mondialisation de la solidarité est la réponse dont nous avons besoin maintenant !

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Devant la crise du COVID-19, l’humanité est confrontée à l’une des crises les plus graves et les plus incertaines de l’histoire récente. RIPESS partage son positionnement et le besoin de mondialiser la solidarité.

L’humanité est confrontée à l’une des crises les plus graves et les plus incertaines de l’histoire récente. La mondialisation actuelle de la pandémie COVID-19 lui a permis de s’étendre à tous les pays. Même les populations éloignées sont menacées, tout comme les populations des zones de guerre et celles qui vivent dans des conditions d’exiguïté et de mauvaise hygiène, comme les camps de réfugiés, mettant ainsi en danger la vie des êtres humains dans un monde de plus en plus globalisé. De nombreux bidonvilles surpeuplés dans les mégapoles du monde entier, ainsi que de nombreuses autres personnes en situation de subsistance quotidienne n’ont pas accès à l’eau courante, ni à un magasin d’alimentation, l’éloignement social es imposible et l’interruption de leurs activités est un luxe qu’ils ne peuvent pas se permettre.

Le changement climatique est également le résultat de la mondialisation actuelle et a été l’un des facteurs déclencheurs de sa crise ; il touche tous les pays et met en danger les conditions de vie partout dans le monde, avec des conséquences encore plus graves pour des populations déjà vulnérables. Nous devons rapidement atténuer et adapter nos réponses au changement climatique afin de préserver la biosphère de notre planète pour les générations futures, la biodiversité et les écosystèmes.

Ces crises sont aujourd’hui aggravées par une crise économique imminente liée à notre système néolibéral axé sur le profit et basé sur des chaînes d’approvisionnement mondiales. La recherche d’une croissance continue, l’extraction illimitée, l’industrialisation des systèmes alimentaires et la privatisation des soins de santé sont autant de causes profondes de ces crises qui sont profondément imbriquées, puisque le flux de richesse vers le 1% de la population et la concentration dans les organisations financières privées et multinationales réduit les fonds destinés aux services de santé publique dans la plupart des pays. Cela diminue le rôle des États et les obligations des États de garantir les droits de l’homme fondamentaux, comme ceux des soins de santé et de l’alimentation, ainsi que les fonds nécessaires à la recherche pour prévenir de futures épidémies.

Nous devons également être conscients que les dirigeants politiques de la plupart des pays soulignent que la pandémie de COVID19 est une situation temporaire, qu’une fois qu’un vaccin aura été mis au point, la vie reviendra à la normalité et que la mondialisation actuelle apportera la prospérité à tous. Nous savons tous que c’est faux. Et nous ne voulons pas revenir à la « normalité », avec des injustices et des inégalités sociales et économiques toujours plus grandes. Le temps est venu de construire collectivement une nouvelle normalité, fondée sur la justice sociale, la solidarité et l’égalité.

Le défi que nous devons relever est de savoir comment construire un modèle de développement alternatif, axé sur les besoins de tous les peuples et de toutes les communautés du monde, et sur la protection de notre planète. La fenêtre d’opportunité est maintenant ouverte pour accélérer le processus, capitaliser sur les milliers de solutions ingénieuses créées au sein des communautés et rendre le changement positif permanent et mondial dans toute sa diversité.

Depuis les temps ancestraux, les communautés autochtones et indigènes ont géré les ressources et les biens de la nature pour le bien commun et de manière durable. Tout comme de nombreuses coopératives et mutuelles d’assurance ont été créées par des personnes pendant la Grande Dépression, les dernières décennies ont vu la croissance de nombreuses organisations centrées sur les personnes dans le monde entier. La résurgence de la solidarité entre les personnes auto-organisés et au sein des communautés dont nous sommes témoins partout dans le monde en ces temps difficiles, ainsi que le travail de soins de nombreuses initiatives de l’Économie Sociale Solidaire (ESS) qui travaillent côte à côte avec le système de santé publique est un signe très positif. Mais nous devons aller plus loin, en renforçant l’accès universel aux services essentiels tels que les soins de santé, la protection sociale, le droit à l’alimentation et la protection sociale.

En tant qu’alternative au néolibéralisme, l’ESS a connu une croissance importante dans un grand nombre de pays. L’ESS est à la fois l’organisation d’activités économiques et un mouvement de promotion d’un développement fondé sur les Droits Humains, de relations harmonieuses avec la nature, de communautés démocratiques et égalitaires et de solidarité et de coopération mutuelle à tous les niveaux, du local au mondial. En d’autres termes, elle est fondée sur la justice sociale, économique et environnementale.

Renforcer les écosystèmes de l’Économie Sociale Solidaire

En nous appuyant sur ce que nous avons déjà, nous devons développer et renforcer les écosystèmes de l’ESS à tous les niveaux. Comme l’affirme l’Agenda 2030 des Nations Unies, nous devons adopter une approche holistique, car la vie est également holistique.

Au niveau local, les organisations d’ESS et les autres organisations de la société civile, les autorités locales et les autres acteurs, nous devons donner la priorité à la santé et à la défense de la vie, dans les circonstances actuelles, et continuer à travailler ensemble pour répondre aux besoins de la population, en commençant par l’accès pour tous aux besoins fondamentaux tels que l’alimentation, le logement, les soins de santé et l’éducation, le travail décent et le revenu de base, etc. La coopération, avec une approche solidaire, est la clé. Tout cela devrait viser à créer un meilleur écosystème local d’ESS. Les crises actuelles mettent en évidence le fait que nous devons construire des économies locales fortes et dépendre moins des chaînes d’approvisionnement et des finances mondiales.

Au niveau territorial, régional et national, les gouvernements doivent s’associer à tous les acteurs qui doivent eux-mêmes être organisés en réseaux structurés pour construire un écosystème national ou régional qui doit être durable et viable. La voix et les besoins de la société civile doivent être au centre des préoccupations. Certains pays sont déjà assez avancés dans ce processus, car il existe des lois ou des politiques nationales pour l’ESS, des financements et des aides pour aider les gens à s’organiser en coopératives ou autres types d’entreprises démocratiques et collectives qui sont dirigées par les membres et où la génération de richesses est quelque chose qui profite à la communauté et non aux actionnaires. Bien entendu, un écosystème d’ESS doit inclure le financement social, le financement et l’accès à la recherche et à la production de logiciels libres, ainsi que l’apprentissage coopératif. Il doit également impliquer la sensibilisation de tous les secteurs de la population, à commencer par ceux qui sont les plus touchés par l’injustice du système économique actuel.

Au niveau mondial, nous devons faire prendre conscience de l’impact négatif que la surproduction et la pollution ont sur la vie humaine. Cela signifie qu’il est urgent d’appeler les gouvernements nationaux et les organisations multilatérales à prendre en compte les accords internationaux sur l’environnement, les Droits Humains, le désarmement, le travail décent et la protection sociale.

Nous disposons d’éléments d’un écosystème d’ESS, qui doit être développé et renforcé. Le Groupe de Travail Inter-agences des Nations Unies sur l’Économie Sociale Solidaire (UNTFSSE), composé de 18 agences des Nations Unies plus l’OCDE, et de 13 observateurs de l’ESS représentant des réseaux internationaux d’ESS (dont le RIPESS) et des organismes de recherche, est à la pointe de l’organisation de cet écosystème. L’UNTFSSE et les observateurs s’accordent sur l’importance d’impliquer les pays dans cette démarche. Nous soutenons fermement l’adoption d’une résolution des Nations Unies sur l’ESS. Une telle résolution, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, encouragerait les États à promouvoir et à soutenir l’ESS aux niveaux national et infranational.

Un appel du RIPESS

Nous soutenons l’appel à un cessez-le-feu mondial lancé par le secrétaire général des Nations Unies, M. Guterres, qui est fondamental dans un moment comme celui-ci pour éviter une catastrophe humanitaire avec la propagation de la pandémie dans le monde entier. La paix est la pierre angulaire d’une Économie Sociale Solidaire fondée sur les Droits Humains.

Nous soutenons les propositions de moratoire sur la dette extérieure des pays les plus pauvres et les plus touchés par la pandémie, ainsi que l’approbation par le FMI d’une allocation de droits de tirage spéciaux (DTS) pour les pays les plus nécessiteux.

Nous appelons également tous les États et tous les secteurs de la société à soutenir l’appel du Secrétaire Général envoyé au G20 pour la réunion du 26 mars :

« Le monde s’est mis d’accord sur un cadre d’action – l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’Accord de Paris sur le changement climatique – et ils continuent d’offrir une lumière d’orientation pour les personnes et la planète. Nous devons veiller à ce que la stratégie de relance qui sortira de la crise nous permette d’atteindre ces objectifs à long terme, en construisant une économie durable et inclusive ».

Nous nous engageons à travailler, selon une approche multi-acteurs, avec toutes les organisations, les gouvernements, les institutions internationales, qui veulent façonner un monde qui place les besoins des personnes et de la planète au premier plan. Nous invitons les autres à adopter une approche similaire.

Les défis sont immenses, mais la capacité de l’humanité à résoudre tous ses problèmes est plus grande !

 

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.

Covid-19 ESS positionnement RIPESS