« Nous devons faire attention à ne pas revenir en arrière, à rappeler que nous sommes toujours là » Entretien avec Isa Alvarez

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Isa Alvarez est agro-écologue et chercheuse. Elle est issue du monde universitaire, mais travaille depuis 15 ans dans différentes organisations militantes qui ont toutes un rapport avec la souveraineté alimentaire. Et dans ces différents domaines, elle intègre la perspective féministe.
D’où vient votre engagement dans le militantisme ?

J’ai obtenu mon diplôme et j’ai très vite compris que je n’allais pas devenir professeure. Puis je suis entrée dans une période d’effondrement, parce que nous sommes éduqués au normatif, et en cherchant ma voie, je suis retournée à mes racines, parce que je suis fille et petite-fille de paysans. Je voulais être dans des espaces de transformation, dans différents militants et on m’a toujours dit de faire de la coopération internationale et je ne voulais aller nulle part en tant que coopérante, parce que je croyais qu’il y avait beaucoup de choses à transformer ici. Et en 2002, grâce à une formation, j’ai découvert le monde entier de la souveraineté alimentaire et qu’il n’était pas nécessaire d’aller dans une autre partie du monde pour faire les choses. C’est donc de là que mon voyage a commencé.

 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Tout d’abord, j’ai rejoint une organisation qui travaille sur la question de la souveraineté alimentaire, de la consommation consciente et d’autres systèmes alimentaires, à partir du niveau local. Et à partir de là, nous avons conclu des alliances avec le syndicat agricole Euskaleria et là, nous avons commencé à intégrer cette question au niveau local. Et puis plusieurs d’entre nous qui travaillaient sur cette question ont décidé de créer une coopérative, sous la forme d’un bar-restaurant à Vitoria, avec des aliments biologiques, locaux, équitables… On voit beaucoup cela, mais en 2007, ce n’était pas le cas. Le projet était très intéressant, car il était urbain, il a généré beaucoup d’alliances et c’était un espace où les groupes de consommateurs ont commencé à concentrer leurs initiatives, un espace où des paniers étaient distribués, où les gens pouvaient se rencontrer. C’était un nid de beaucoup de choses… et j’ai commencé à faire le travail de dynamisation et à partir de là, l’Union Ehne m’a employé et je suis entré pleinement dans le monde de l’agroéconomie. Et à partir de ce travail, et en dehors du contexte du travail, j’ai continué avec divers activismes et l’un d’entre eux était l’exclusion sociale. J’associais la souveraineté alimentaire, l’exclusion sociale et l’accès à la nourriture et j’ai fini par me retrouver à Baladre. Baladre est une coordination de collectifs de la péninsule ibérique et d’Afrique du Nord, ainsi que de collectifs et de personnes du cône sud-américain, qui luttent contre l’inégalité, l’appauvrissement et l’exclusion sous toutes ses formes. Finalement, tous ces espaces ont convergé vers Urgenci. Ainsi, depuis 2016, j’ai quitté mon emploi de coordinatrice syndical et je partage maintenant mon temps entre mon travail de formatrice et de chercheuse et mon militantisme à Baladre et Urgenci.

 

Quels sont les avantages de ces alliances entre organisations locales et mondiales ?

J’ai très vite compris que même le travail local a une vision internationaliste, car si nous voulons changer les choses, nous devons voir grand. Je pense donc qu’il est important de s’associer à de grands mouvements, d’articuler vos luttes, non seulement au niveau local, avec d’autres mouvements, non seulement pour l’apprentissage, mais aussi pour la perspective. Parfois, vous avez besoin de l’extérieur pour voir tout le bien que vous faites, car lorsque vous êtes à l’intérieur, vous ne voyez que le mal. Parfois aussi, vous êtes bloqué et le fait de voir que votre point de vue n’est pas le seul, de voir que le monde est beaucoup plus vaste, vous permet de sortir de ce monde égocentrique.

 

Comment voyez-vous ce lien entre les deux mondes ?

L’une des choses les plus riches pour moi dans Urgenci, c’est l’échange. Cela se reflète dans sa structure internationale, où, jusqu’à récemment, seules deux personnes étaient employées. Parce qu’il s’agit d’un réseau de réseaux et que l’enjeu est l’autre. Le travail de ces personnes consiste avant tout à obtenir des ressources afin que les réseaux puissent se rencontrer plus tard. Parce qu’il est important que nous nous rencontrions physiquement. Cet aspect s’est effondré avec la pandémie. Un autre aspect important est l’incidence que dans le cas de la souveraineté alimentaire se fait surtout au niveau mondial. Nous avons maintenant quelques projets au niveau européen qui travaillent sur la défense des droits et nous organisons des formations sur ce qu’est la défense des droits et comment la développer à partir du niveau local. Comment les gens peuvent faire le lien entre ce qu’ils disent dans l’Union européenne et ce qui se passe à leur porte.

 

Quel a été l’impact du Covid-19 ?

Les formes ont changé, beaucoup de qualité a été perdue depuis le passage au virtuel. Nous avons inclus la partie informelle des soins dans nos espaces.

Cependant, la résilience de nos réseaux a été prouvée, les gens se sont très bien adaptés. Et c’est parce qu’une agriculture soutenue par la communauté était déjà en place. Et comme le lien communautaire était déjà là, nous n’avons eu qu’à adapter les formulaires, mais il y avait déjà une organisation de base. C’était très difficile dans les villes où les liens sociaux étaient déjà rompus et vous vouliez créer des groupes de soutien. Dans notre cas, nous avons vu comment nos relations ont été renforcées. Chez Urgenci, nous avons fait un rapport qui a montré que la demande au sein des groupes a augmenté, que plus de gens ont rejoint le groupe et que les valeurs se sont également consolidées. Avec Covid, les files d’attente pour la faim se sont multipliées et les questions sur lesquelles nous avions travaillé depuis un certain temps sont devenues centrales dans cette crise. De nombreux projets ont été développés et il a été démontré que nous pouvons résister même si les défis sont nombreux. En résumé, pendant la pandémie, l’importance des liens pour pouvoir résister a été démontrée.

 

L’application de la perspective de genre a-t-elle été importante dans la résolution de cette crise ?

Au niveau national, il y a quelques années, est né un petit groupe de femmes agricultrices, écologistes, productrices et chercheuses informelles qui travaillent dans une perspective féministe. Dans cette crise, les petits producteurs ont également été très touchés, car d’un jour à l’autre, l’accès à la nourriture est très limité et la distribution à grande échelle est prioritaire. Une campagne est donc née de ce petit groupe qui n’a même pas d’acronyme, nous avons réussi à créer un effet d’appel. La campagne a été très réussie et pourquoi en est-il ainsi ? Parce que nous avons adapté la manière féministe de faire les choses, non seulement dans le contenu mais aussi dans la manière de faire les choses. C’est un exemple. Ensuite, la question de la visibilité a été très importante. Par exemple, de nombreuses agricultrices ont eu des difficultés à accéder à leur propre potager. Si vous étiez arrêté par la police, ils vous demanderaient le titre et la plupart des femmes ne le détiennent pas. Il y a donc eu beaucoup de choses que nous devons résoudre.

La pandémie m’a pris à faire des recherches avec des agricultrices et elles disent toutes que le covid a fait reculer la position des femmes dans le monde agricole.

 

En quoi cela a-t-il changé la position des femmes ?

Cette crise nous a tous mis à l’abri. Je pense que cette crise a permis de rendre visible ce qui était jusqu’à présent invisible, mais pas de briser les inégalités. Je ne suis pas sûr que nous sortirons plus forts de cette crise.

Depuis quelques années, l’ESS s’efforce d’intégrer la perspective féministe. Ce qui me fait peur, c’est qu’il s’agit d’une question importante, mais pas urgente pour beaucoup de gens. Et nous devons faire attention à ne pas revenir en arrière, à rappeler que nous sommes toujours là. Mais pour en sortir plus fort, il fallait déjà faire un travail préalable. Et cette crise à elle seule ne sert pas de cadre pour voir si notre approche précédente ne fonctionne pas pour les temps de crise. Et je pense qu’en général, la situation nous a donné raison.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.