ASEC – RIPESS Asie organise sa Conférence internationale sur l’économie transformatrice


Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Cette conférence visait à discuter du rôle de l’économie transformatrice dans la revitalisation de l’économie rurale par le biais des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Datuk Dr Denison Jayasooria, Président, Conseil Asiatique de l’Économie Solidaire (ASEC – RIPESS Asie)

Le Conseil Asiatique de l’Économie Solidaire (ASEC – RIPESS Asie) a accueilli une conférence internationale de deux jours sur l’économie transformatrice à Yogyakarta, Indonésie, les 12 et 13 novembre 2019. La Conférence a réuni 40 participants de huit pays asiatiques, à savoir l’Asie du Sud-Est – Philippines, Thaïlande, Indonésie et Malaisie ; l’Asie du Sud – Inde et Sri Lanka et l’Asie de l’Est – Hong Kong, Chine et Corée du Sud. Il y avait également des participants d’Espagne et de Genève.

Le thème de cette conférence était la revitalisation de l’économie rurale par l’Économie Sociale Solidaire (ESS). Parmi les partenaires de l’ASEC, on a estimé que l’un des principaux défis en Asie était la pauvreté et la montée des inégalités. Nous avons observé que l’exode rural et l’expansion de l’urbanisation dans les zones rurales ont un impact négatif sur les communautés locales.

Cette conférence a été organisée pour tirer les leçons des initiatives communautaires locales en Asie qui entreprennent des modèles économiques alternatifs à partir de la base par des initiatives communautaires ainsi que des projets communautaires dirigés par la société civile.

Nous avons également estimé que les conclusions de cette Conférence internationale pourraient servir de contribution au Forum Social Mondial sur les Économies Transformatrices (FSMET) qui se tiendra en juin 2020 à Barcelone, en Espagne, en tant que contribution de la région asiatique.

Visite d’apprentissage

Au cours de la conférence de deux jours, nous avons eu l’occasion de visiter des initiatives communautaires locales à Yogyakarta le premier jour et le deuxième jour, nous avons consacré du temps à entendre dix études de cas provenant de huit pays asiatiques. Le cadre de l’ESS élaboré par le Dr Ben Quinones, à savoir la gouvernance responsable, l’édification des valeurs ethniques, le développement centré sur les personnes, la durabilité économique et environnementale, a été l’occasion de revoir et de réfléchir.

Depuis l’Indonésie, nous avons vu comment un village entier s’est réorganisé pour offrir des opportunités économiques communautaires et créer des emplois grâce à un projet de gestion des déchets, de production de médicaments traditionnels et de gestion d’un restaurant familial traditionnel. Depuis la Malaisie et la Thaïlande, nous avons réfléchi aux fermes biologiques gérées par des communautés forestières et rurales indigènes, depuis les Philippines, nous avons tiré des leçons sur les questions de genre et le modèle coopératif, depuis la Chine et des exemples de revitalisation rurale en Inde, de formation et des projets au Sri Lanka pour la création d’emplois dans les communautés rurales.

Les histoires de Sarva Seva Farms (ASSEFA), d’Inde et du mouvement Sarvaday, au Sri Lanka, qui ont un impact sur un très grand nombre de villages est un autre exemple de la taille et de l’impact de l’économie alternative des personnes travaillant en coopération et solidarité, pour améliorer leur vie quotidienne.

Constatations

A l’issue de ces discussions, y compris en réfléchissant du local au global, nous avons identifié un certain nombre de points clés qui nous permettront de distinguer les développements uniques de la base.

Tout d’abord, nous avons noté que dans le contexte asiatique, divers termes étaient utilisés pour définir et identifier l’ESS. Un terme qui émerge de l’Indonésie est celui d’économie de compassion, qui contraste avec celui d’économie compétitive. Dans le contexte philippin, le terme était Bayanihan, ce qui signifie coopération s’entraider ou, en malais, Gotong Royong. Ce qui est noté, c’est l’esprit de solidarité dans le soutien mutuel pour prospérer et s’assurer que tous les membres de la communauté bénéficient du bien-être social.

Deuxièmement, nous avons reconnu que le leadership local est essentiel à la réussite des projets locaux. Pak Wahyudi et son travail à Kampong Mataraman nous ont fait part de ses expériences concrètes et nous ont montré comment son modèle de leadership visionnaire et inclusif a facilité une administration locale transparente et responsable. Par le biais de leurs projets économiques communautaires, ils ont fourni des possibilités d’emploi au niveau local, qui sont durables et fonctionnent selon le principe de l’ESS.

Troisièmement, nous avons reconnu qu’un facteur majeur de succès sur le terrain et de durabilité est le travail d’équipe et la solidarité entre les travailleurs et la communauté locale. Nous avons entendu parler des défis de gestion auxquels Mme Nurul a dû faire face à Kamong Mataraman pour mettre sur pied une équipe efficace de 48 travailleurs à plein temps de la communauté locale. Dans tous les projets locaux visités ainsi que dans les études de cas, nous reconnaissons que les femmes jouent un rôle majeur dans l’autonomisation socio-économique des communautés locales. Elles sont un atout et il faut donc faire davantage pour lutter contre la discrimination et la violence fondées sur le sexe qui continuent de dominer la plupart des sociétés rurales et traditionnelles.

Quatrièmement, nous reconnaissons que dans tous les programmes communautaires, la création d’emplois est un aspect clé. Souvent, les marchés dévalorisent le travail, mais ces projets communautaires, y compris la collecte des déchets, apportent un sentiment de dignité nouvelle au travail, car il est considéré comme du recyclage. Les travailleurs sont traités comme des partenaires et les dossiers financiers sont transparents. Il y a la participation aux bénéfices. La relation employeur-employé devient copropriétaire et gardienne du projet.

Cinquièmement, nous avons reconnu la nécessité d’une bonne documentation des expériences vécues sur le terrain ainsi que de qualifier le succès, les réalisations avec une bonne documentation dans la construction d’un récit alternatif. Dans le contexte de la méthodologie, des stratégies de mise à l’échelle, l’évaluation d’impact est importante. Il est important de rédiger un rapport à la fois quantitatif et qualitatif pour saisir le potentiel des activités économiques communautaires de base.

Pour ceux d’entre nous qui assistaient à cette conférence internationale de Jogjakarta, nous avons fait l’expérience du sens de la solidarité communautaire, inspirés par le succès et les réalisations sur le terrain de tant de pays différents.

Toutefois, nous constatons qu’il reste de nombreux défis à relever. A partir de ces modèles alternatifs, que nous les appelions économie compatissante, transformatrice ou solidaire, nous reconnaissons qu’un changement de la base est réel et qu’il a un impact pour une révolution de l’économie vers une révolution plus durable qui favorise une plus grande égalité des chances et des résultats. Il s’agit d’une économie inclusive et qui ne laissera personne derrière elle.

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.

ASEC ESS localisation ODD ODD RIPESS Asie