Mémoire – Pour une véritable économie collaborative

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Le Chantier de l’économie sociale a présenté en avril dernier un mémoire dans le cadre de la consultation publique du Groupe de travail sur l’économie collaborative (GTEC), comité créé par le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

>> Pour consulter le mémoire complet

INTRODUCTION

Interpelé par les avancées majeures de l’économie collaborative, son impact et son potentiel sur le développement économique, social, environnemental et culturel du Québec, le Chantier de l’économie sociale souhaite apporter sa contribution aux consultations du Groupe de travail sur l’économie collaborative visant à moderniser et renforcer nos politiques publiques sur la question.

En effet, le développement de l’économie collaborative nous invite à réfléchir collectivement aux politiques publiques permettant de soutenir et d’encadrer efficacement cette forme d’activité économique qui entraîne des répercussions indéniables – positives mais aussi potentiellement négatives – sur la société. Des joueurs majeurs et d’autres pays disposent d’une avance considérable sur la question et insufflent déjà des tendances très fortes dans son développement. Néanmoins, le Québec a des forces qui lui sont propres, notamment une économie plurielle robuste incluant la présence importante d’entreprises collectives et un écosystème de soutien qui facilite l’innovation et la collaboration et favorise l’émergence de nouveaux projets, en particulier ceux issus des et gérés par les communautés. Sur cette base, nous pouvons nous donner les moyens et les stratégies pour construire et mettre en oeuvre une vision qui nous démarquera.

À défaut de définition officielle unique, nous souscrivons à la compréhension générale de l’économie collaborative comme étant ce « qui correspond à un ensemble d’échanges qui privilégie la mutualisation temporaire de ressources ou la redistribution définitive de biens sans aucune compensation, avec une compensation financière ou avec un autre type de compensation ». (1)

Sur cette base, force est de reconnaître que l’entrepreneuriat collectif et l’économie collaborative se rejoignent « naturellement ». Plus encore, l’entrepreneuriat collectif se présente comme une partie de la solution aux dérives potentielles de l’économie collaborative. En s’appuyant sur les forces de l’entrepreneuriat collectif, le Québec peut encore se positionner aux premiers rangs d’une vision innovante d’une économie véritablement collaborative.

1. Extrait tiré du document de consultation.

 

Par: le Chantier de l’économie sociale, membre de RIPESS NA

Ripess
RIPESS is a worldwide network of continental networks promoting the Social Solidarity Economy, in order to transform our economy by putting people and the planet at the center of our activities.