PREMIER CONTACT AVEC LE GOUVERNEMENT CANADIEN POUR SOUTENIR LA ESS À UN NIVEAU INTERNATIONAL

2/02/2017

Le 20 janvier dernier, Béatrice Alain, du Chantier de l’économie sociale du Québec, Michael Toye et Yvon Poirier, respectivement directeur exécutif et délégué international du Réseau canadien de développement économique des collectivités (RCDÉC), ont tenu une réunion à Ottawa avec le sous-ministre du ministère du Développement international, M. Peter M. Boehm. Le but de la réunion était de discuter du leadership international du Canada dans l’économie sociale et solidaire.

Nous avions demandé une telle réunion dans une lettre envoyée le 26 septembre au ministre des Affaires étrangères de l’époque, Stéphane Dion. Cette lettre a été signée par nos deux organisations, le Conseil économique des femmes, le Conseil de l’entreprise sociale et le Centre canadien pour le renouveau communautaire. Dans la lettre au ministre, nous avons insisté sur l’importance de la ESS pour la réalisation des ODD, dans la lignée des recommandations de dix-neuf organismes des Nations Unies au sein de l’ “UN Taskforce on Social and Solidarity Economy”. Nous avons expliqué l’élan de l’ESS au niveau local, comme le montre le Forum mondial sur l’économie sociale (GSEF) où les organisations de l’ESS et les autorités locales collaborent étroitement.

 

La lettre se termine par le paragraphe suivant:

  • Nous exhortons le Canada à relever ce leadership et à faire avancer le mouvement mondial croissant pour l’innovation sociale et l’économie sociale et solidaire.
  • Renforcer la riche économie sociale et le leadership coopératif du Canada sur la scène mondiale en appuyant la participation d’organisations et d’institutions canadiennes dans des réseaux internationaux tels que le UN Taskforce on Social and Solidarity Economy et le Forum de l’OCDE sur les innovations sociales.
  • Promouvoir les approches de l’économie sociale et solidaire dans le financement et les partenariats canadiens pour la coopération et le développement au niveau international.
  • Encourager les représentants officiels du Canada à jouer un rôle plus actif dans l’avancement de l’innovation sociale auprès des organismes intergouvernementaux.

 

Dans une réponse reçue du ministre Mr. Dion le 19 décembre, il nous a demandé de rencontrer le sous-ministre du Développement international, M. Boehm. Dans la lettre, il a reconnu l’importance de notre approche qui «met l’accent sur un modèle de développement économique qui appuie une pleine intégration des objectifs sociaux, économiques et environnementaux».

En guise de premier contact, notre rencontre avec le sous-ministre a été positive. Le gouvernement du Canada annoncera bientôt comment il mettra en œuvre l’agenda pour le développement durable de 2030. Une fois que cela est connu et que le gouvernement annonce un nouveau cadre pour la coopération internationale, nous nous attendons à de nouvelles réunions.

Pour les non-Canadiens, il est important de savoir que le nouveau gouvernement a été élu en octobre 2015, après dix ans d’un gouvernement très conservateur. Dorénavant toutes les politiques sont en cours d’examen. Nos organisations ont participé à de nombreuses consultations menées par le nouveau gouvernement. Nous attendons avec impatience de voir comment le gouvernement adoptera les mesures appropriées.