Les défis du nouveau Réseau des Parlementaires de l’ESS au Cameroun

Cet article est également disponible en: Anglais, Espagnol

Fruit du travail de collaboration entre le RESSCAM (Réseau Nationale de l’Economie Sociale et Solidaire du Cameroun) et les parlementaires, un Réseau des parlementaires de l’Economie Sociale et Solidaire (the KEY) a vu le jour en novembre 2017*. C’est une avancée importante pour l’ESS au Cameroun, dont il faut à la fois nous féliciter et prendre soin de veiller à ce que son travail encourage tous les acteurs de l’ESS sur le terrain.
Parmi les nombreux défis que présente le visage actuel de l’ESS au Cameroun, il s’agit pour ce jeune réseau de s’assurer en premier lieu que l’Economie sociale et Solidaire soit bien intégré dans les politiques publiques au Cameroun.
En ce qui concerne les textes qui encadrent l’économie sociale, le réseau des parlementaires de l’ESS devra garantir que la loi sur l’ESS en préparation et longtemps attendue, ne sera pas un frein aux initiatives déjà existantes, telles les tontines (voir cet article), les groupes d’entraide, etc. Ces organisations pour la plupart incluses dans le registre du secteur informel, réalisent des activités économiques considérables et sont à cet effet, pourvoyeuses d’emplois et mobilisatrices de ressources à moindre coût au Cameroun.

Par ailleurs, le Réseau « The Key », devra s’assurer de l’accélération du processus de décentralisation par le biais de la promotion des entreprises de l’Economie Sociale et Solidaire dans les communes. L’un des principes de l’ESS étant l’ancrage des activités au niveau local, l’ESS a un rôle important à jouer dans le processus de décentralisation au Cameroun. Cela devrait permettre à chaque commune de faire des choix de stratégie de lutte contre la pauvreté dans une approche participative, en tenant compte de ses propres spécificités, de son environnement, de son potentiel, de sa culture et de ses contraintes.

Ce réseau devra veiller à l’harmonisation des programmes de promotion de l’ESS pendant les sessions budgétaires. Cela signifie de s’assurer que les ressources soient judicieusement utilisées pour favoriser le développement de L’ESS, et par conséquent, améliorer de manière significative et concrète le niveau de vie des populations.

Le fait que le réseau « THE KEY » soit à la création dirigé par une femme, l’honorable Marlyse Bell,  qui de surcroit est promotrice d’une mutuelle de santé bien connue, est un atout car au Cameroun, les femmes font partie des acteurs principaux de l’ESS eu égard à la place qu’elles occupent dans l’économie informel. Il est de bon ton qu’elles prennent le leadership dans les instances de prise de décision de l’ESS.

* Le Réseau a été créé par le Président de l’Assemblée Nationale du Cameroun, par Arrêté Présidentiel N0 2017/11/AP/AN du 16 Novembre 2017.

Elise Pierrette Memong Meno
Militante des Droits humains et Experte en Genre, je suis engagée dans des projets de développement et de politiques publiques comme vecteur de changement social. Je coordonne le réseau camerounais de l’ESS (RESSCAM) et je suis par ailleurs SG du réseau Africain de l’ESS (RAESS) et membre de l’axe de travail sur le genre du RIPESS.