ODD Programme 2030

L’ESS, UNE APPROCHE LOCALE ET INTÉGRÉE POUR LA MISE EN ŒUVRE DES ODD

De quoi parle-t-on? Quels défis?

 

L’économie sociale solidaire est sans conteste une voie privilégiée pour atteindre le développement durable, sachant que les acteurs de l’ESS sont déjà actifs dans la plupart des champs couverts par les 17 Objectifs de l’Agenda 2030 du Développement Durable et des Objectifs de Développement Durable, adopté au Sommet du Développement Durable des Nations Unies du 25 Septembre 2015.

On recense à travers la planète des centaines de milliers d’initiatives économiques fondées sur des pratiques collectives intrinsèquement inclusives, ancrées au sein d’une communauté et favorisant la participation citoyenne. L’émancipation des femmes, l’égalité raciale et religieuse et le respect de la diversité font partie intégrante de ces processus et en sont des éléments essentiels. Couvrant un large éventail de secteurs autant en milieu rural qu’urbain et prenant racine dans la diversité des pratiques des communautés, notamment autochtones,l’approche de l’ESS démontre dans des contextes très diversifiés sa capacité à créer des emplois décents,  ainsi que la capacité des communautés locales à se prendre en charge, à réinvestir en leur sein, et par conséquent à se renforcer et gagner plus d’autonomie.

-> Dans ce sens l’Économie Sociale Solidaire donne un cadre de référence central pour la mise en œuvre du développement durable, et joue un rôle pivot dans la conception de politiques publiques de développement économique en faveur du bien-être de chacun.

Ainsi, notamment, les recommandations de l’ESS (suite à une large consultation réalisée par le RIPESS en 2013-2014) pour les Objectifs du développement durable réitéraient que l’élimination de la pauvreté et le développement ne seront possibles qu’à condition d’adopter une approche globale fondée sur une juste répartition des richesses et sur un accès universel aux biens communs. Les propositions du RIPESS s’articulent autour de 4 axes :

  • Réaliser la transition vers une économie juste, sociale et solidaire 

La transition vers des économies justes et solidaires implique :

– la mise en place de diverses politiques publiques en matière de financement, de mesures fiscales favorables, de critères spécifiques pour des appels d’offres inclusifs, de cadres juridiques adaptés et d’accès à l’éducation

– D’œuvrer à la diversification des économies nationales et d’orienter celles-ci vers des formes de production et de consommation plus locales et intensives en main-d’œuvre et vers le commerce international équitable et solidaire

– De soumettre les partenariats actuels entre les États et les diverses activités de l’économie sociale et solidaire (y compris les « partenariats public-privé » adaptés à l’économie sociale et solidaire) à des mécanismes contraignants de reddition des comptes et de transparence

– De prendre les mesures nécessaires pour que les mécanismes du commerce international favorisent réellement la protection des pays en développement et les moyens de subsistance des petits producteurs et des industries emergentes, en plus de favoriser la production et la consommation responsables implicites dans l’économie solidaire

– De s’engager résolument contre le changement climatique et pour une transformation du modèle énergétique

– Veiller à la mise en place de la souveraineté alimentaire et des relations territoriales rurales-urbaines

  • Adopter une approche du développement fondée sur les droits humains
  • Garantir la participation de la société civile et la transparence
  • Formuler des indicateurs de mesure de la pauvreté, des inégalités et du développement

 

Voir les recommandations du RIPESS (2015) et le document de prise de position de la Taskforce de l’ONU sur les ODD de Juillet 2016 et de Juillet 2014.

 

Quelles pistes de travail à l’échelle intercontinentale ?

 

Pour faire valoir le potentiel majeur des initiatives de l’ESS pour atteindre les objectifs et cibles adoptés par les Nations Unies en septembre 2015, les réseaux du RIPESS participent à divers espaces internationaux pour mieux partager les initiatives et le cadre de l’économie sociale solidaire.

Depuis l’adoption des ODD le travail des réseaux RIPESS et du RIPESS Intercontinental consiste principalement à faire du suivi et du plaidoyer sur la bonne mise en œuvre des ODD au travers de l’ESS. Ce suivi se fait tant :

  • aux niveaux nationaux, incluant dans certains cas la participation à la mise en place d’instances représentatives, ou d’espaces de la société civile (exemples de la Malaisie, du Pérou)
  • aux niveaux continentaux (voir les initiatives du RAESS Afrique à ce sujet)
  • au niveau international, le RIPESS travaille de près avec plusieurs mouvements sociaux et groupes de la société civile dans ses efforts de promotion de l’économie sociale solidaire dans divers espaces décisionnels internationaux

Notamment, il poursuit le plaidoyer au travers de sa participation active au Groupe de travail inter-agences de l’ONU sur l’ESS, ainsi que des interventions aux différentes rencontres du Forum politique de haut niveau (HPLF) des Nations Unies à New York (plateforme qui réalise le suivi et l’évaluation de l’Agenda 2030).

A cet égard, il ressort clairement que l’ESS permet de développer des processus participatifs et des indicateurs plus justes et pertinentes que ceux officiellement reconnus, plutôt productivistes. Cet avis est partagé par bon nombre de chercheurs ainsi que les autres mouvements sociaux.

Certains membres du RIPESS, tels que URGENCI, réalisent également un plaidoyer plus sectoriel (par exemple avec la FAO sur les liens entre les ODD, l’économie solidaire et la souveraineté alimentaire)

Le RIPESS s’associe également à l’organisation de rencontres spécifiques à ce sujet avec d’autres organisations de la société civile (à l’occasion de rencontres des FSM par exemple). Enfin, en 2017 le RIPESS s’est allié à Together2030 (une initiative de la société civile travaillant au suivi des progrès de l’Agenda 2030 pour le développement durable).

 

Certains résultats intéressants

 

  • En 2013-2014, le RIPESS a mené une large consultation  sur les Objectifs de développement durable post-2015. Les recommandations de l’ESS sont donc le fruit d’un processus mené  sur un an, auquel ont participé des milliers de groupes et d’organisations actifs aux niveaux local et global, de tous les continents. Les recommandations finales du RIPESS ont été endossées par près de 500 organisations de 70 pays.
  • Le 3 juillet 2014, Daniel Tygel, directeur des opérations du RIPESS, était présent à la 2e rencontre du Forum politique de haut niveau des Nations Unies à New York pour y présenter les recommandations du réseau. La vidéo ainsi que le texte de sa présentation sont disponibles en ligne (en anglais).
  • Madani Koumaré, président du Réseau national d’appui à l’économie sociale et solidaire (RENAPESS) du Mali, membre du Réseau africain d’économie sociale et solidaire (RAESS) et membre du Conseil d’administration international du RIPESS, était présent au Sommet des Nations Unies sur l’adoption de l’agenda post-2015 de septembre 2015 à New York pour prendre part à un dialogue interactif à l’Assemblée générale. Son intervention, lors de laquelle le président du RENAPESS Mali a plaidé pour un changement de paradigme faisant appel à l’économie sociale solidaire comme modèle de référence, peut être visionnée en ligne (le texte de son intervention est aussi disponible ici).
  • Le réseau a contribué aux documents de prise position publiés par le Groupe de travail inter-institutions des Nations Unies sur l’ESS en juillet 2014 ( « L’économie sociale et solidaire et le défi du développement durable », disponible en anglais et en espagnol), puis en juillet 2016 (« Réaliser le Programme 2030 au moyen de l’économie sociale et solidaire »).
  • Parmi les collaborations du RIPESS avec différents mouvements sociaux et groupes de la société civile pour la promotion de l’ESS dans les espaces décisionnels internationaux, citons par exemple le cas de la collaboration avec le Forum social mondial de Tunis de mars 2015, l’Assemblée de convergence « l’Agenda post-2015: quel développement, pour qui et pour quoi? » co-organisée par le RIPESS avec Enda Tiers-Monde, ATTAC, Social Watch, IBON International, Plataforma 2015 y más, Our World is Not for Sale et LDC Watch, et qui a rassemblé plus de 30 organisations de tous les continents. Ce fut l’occasion pour les groupes de partager leurs perspectives sur les ODD et le cadre du Financement du Développement (FdD) afin de s’informer mutuellement et de proposer des pistes d’action communes.
  • Durant toute l’année 2016, Le RIPESS a participé au processus Habitat lll et contribué au New Urban Agenda en partenariat avec le Global Platform for the Right to the City (GPR2C).
  • En juin 2017, Urgenci a participé dans deux réunions des Groupes d’Experts à New York, en amont de la tenue du HLPF (sur la revue de l’ODD 2 pour Urgenci, et sur Habitat lll, New Urban Agenda, pour la part du RIPESS). Plusieurs organisations ont mentionnées l’importance de l’ESS dans la mise en œuvre des ODD. Le rapport de travail fut présenté lors du HLPF même, avec une déclaration complémentaire de la part de la société civile, qui mentionne l’ESS. RIPESS Asie a également participé au HLPF en juillet 2017 à New York, avec la présentation des études de cas d’Asie.

 

Ressources de référence

 

  • Document de recommandations du RIPESS issues de la consultation sur les Objectifs de développement durable post-2015 menée en 2013-2014
  • Documents de prise de position publiés par le Groupe de Travail Inter-institutions des Nations Unies sur l’ESS :
  • Groupe d’Experts Habitat III
  • Rapport FAO
  • Déclaration complémentaire de la société civile lors du HLPF
  • Études de cas d’Asie