Cartographies & panoramas

De quoi parle-t-on? Quels défis?

 

Alors que bon nombre d’initiatives de l’économie sociale et solidaire sont rattachées aux formes historiques telles que les mutuelles,  les coopératives ou d’autres pratiques collectives et communautaires, l’approche plus holistique et systémique qui vise à transformer la société et l’économie de marché mondiale est plutôt récente (voir: Qu’est-ce que l’ESS). Elle évolue rapidement et de différentes façons à travers le monde.

Quelles sont les différentes dimensions de l’ESS et comment pouvons-nous les « mesurer » et les rendre visibles?

Les systèmes économiques et statistiques institutionnels standards sont largement insuffisants pour résoudre ces questions; et lorsqu’ils tentent de dessiner une image à l’aide des données du recensement et du type d’initiative économique (à but non lucratif, coopérative ou entreprise sociale, par exemple), ils ne donnent qu’une image partielle et déformée de ce que l’ESS est en réalité. Beaucoup la confondent avec le troisième secteur ou l’économie sociale, sans tenir compte des nombreuses formes différentes – formelles et informelles, sectorielles et intersectorielles, hybrides et en réseau – dans lesquelles l’ESS se manifeste, allant bien au-delà de la distinction traditionnelle des trois secteurs de l’économie.

Avec une évolution aussi dynamique de l’ESS, les défis suivants doivent être abordés:

  • Comment pouvons-nous construire une image plus réaliste en prenant également en compte les nombreuses autres dimensions (autres que la dimension purement économique), telles que le contexte social et politique, les aspects culturels et éthiques, la gouvernance et les questions démocratiques, les droits de l’homme et la justice environnementale, etc.?
  • Et comment «mesurer» les différentes dimensions de l’ESS? Quels indicateurs devraient être utilisés?
  • Est-il possible de développer une méthodologie commune, d’échanger et d’apprendre des nombreuses expériences existantes, de comparer et de partager des informations sur l’ESS qui sont pertinentes pour tous?
  • Comment pouvons-nous rendre plus visibles les «cartes» et les «solutions» offertes par l’ESS dans les médias, l’opinion publique, les universités et les différentes sphères politiques?

Répondre à ces questions est l’objectif du Panorama de l’ESS, une tentative d’identifier, d’analyser et de montrer l’image «globale» aujourd’hui, à la fois comme un moyen de le rendre visible, d’inspirer de nouvelles initiatives et de renforcer les réseaux de l’ESS et les initiatives existants.

 

Quelles pistes de travail à l’échelle intercontinentale ?

 

Bien qu’il existe de nombreuses cartographies locales ou à petite échelle et des rapports sur l’état de l’ESS dans plusieurs pays (voir, par exemple, le dernier rapport du réseau espagnol de l’économie solidaire REAS – en espagnol), la disponibilité publique de l’information, la mise à jour et le maintien ainsi que la possibilité de comparer l’information à différents niveaux est un défi important, tout en étant limité à certains continents ou régions du monde. Mais à mesure que l’ESS émerge en tant que mouvement mondial et que RIPESS Intercontinental est en réseau avec plus d’organisations, la nécessité d’avoir des informations comparables et interdépendantes est devenue une importance cruciale et doit être clairement abordée.

 

Exemple du Panorama européen

La volonté d’élaborer un aperçu (Panorama) de l’ESS a émergé lors de la réunion de l’assemblée générale du réseau européen (RIPESS EU) en 2013, dans le but de fournir une vision claire des initiatives existantes en Europe et de regrouper le contenu pour construire un processus partagé de plaidoyer en faveur de l’économie solidaire (voir plus de détails ci-dessous)

 

Cartographier les cartographies de L’ESS

L’une des premières activités pour créer un réseau et un circuit de l’ESS est de procéder à une cartographie (communautaire). À travers la cartographie territoriale et inter-sectorielle des acteurs, des initiatives et des pratiques (ou « solutions ») qui s’identifient à l’approche et à la vision de l’ESS, il est possible d’identifier qui promeut activement l’ESS et de les relier les uns aux autres. Les méthodologies de cartographie peuvent être très différentes et être menées directement par des tiers (universités, groupes de réflexion, autorités publiques, réseaux ESS, etc.). Voir l’initiative ESSGLOBAL, décrite ci-dessous.

 

Certains résultats intéressants

 

Panorama Européen

La volonté d’élaborer un aperçu (Panorama) de l’ESS a émergé lors de la réunion de l’assemblée générale du réseau européen (RIPESS EU) en 2013, dans le but de fournir une vision claire des initiatives existantes en Europe et de regrouper le contenu pour construire un processus partagé de plaidoyer en faveur de l’économie solidaire.

  • Pour ce faire, il a été décidé de travailler sur un questionnaire et d’effectuer le même sondage dans plusieurs pays. Divers acteurs et chercheurs de l’ESS ont travaillé sur l’élaboration du questionnaire. Cette approche, qui englobe à la fois la recherche et le travail sur le terrain, est utile à de nombreuses fins mais nécessite du temps, des ressources et du dévouement.

L’enquête en ligne existe en six langues (anglais, français, espagnol, grec, allemand et italien) et est révisée chaque année. Cela pourrait donner l’occasion de faire connaître les innovations sur le terrain et de mieux comprendre les différents contextes et l’évolution de l’ESS dans chaque pays, les initiatives existantes ainsi que les cadres juridiques et les politiques publiques adoptées, etc.

L’aperçu de l’ESS intègre également des travaux sur l’audit social et l’évaluation déjà adoptés dans certains réseaux nationaux, en comparant les différentes approches existantes et en identifiant les fondements communs. Ce travail a également servi à rassembler les acteurs dans un processus participatif émergent, qui doit être consolidé et s’ouvrir à d’autres membres qui n’utilisent pas encore ces outils.

  • Il existe également plusieurs projets de cartographie de l’économie alternative qui peuvent être complémentaires au panorama: Transformap (principalement Autriche-Allemagne) et l’initiative Intermapping, qui poursuit le travail de développement de normes d’interopérabilité entre les différents systèmes en ligne lancés avec ESSGlobal et l’utilisation de technologies de web sémantique (Open Linked Data). Urgenci Europe a également réalisé une cartographie approfondie de l’agriculture soutenue par la communauté en Europe et est actuellement en train de cartographier d’autres continents.
  • Un autre outil important pour améliorer le travail de recherche et d’analyse est la collecte et l’organisation de documents sur l’ESS, actuellement réalisée par Socioeco.org, avec des axes thématiques et une collection de plus de 5000 documents en 7 langues. Socioeco.org a développé une « carte des solutions » qui présente des fiches descriptives d’initiatives de l’ESS classées selon les besoins (alimentation, habitat, etc) auxquels elles répondent dans le monde entier (voir carte ci-dessous). Ces descriptions sont destinées à la diffusion des initiatives et à en inspirer de nouvelles. Un prototype de cartographie est en cours qui interrogera des cartes existantes (sur les communs, les AMAPs, etc) pour montrer l’ensemble des alternatives sur un même territoire.

  • Enfin, un partenariat a été lancé avec le projet européen SUSY-SSEDAS, qui couvre presque toute l’Europe (23 pays de l’Union et 8 extra Européens, y compris le Brésil). L’objectif est de rechercher des initiatives qui représentent le mieux l’ESS dans 46 territoires européens, ainsi que des activités de formation et de sensibilisation. Ce projet a adopté le format du panorama pour leur travail et partagera également les résultats avec le RIPESS.

 

ESSGLOBAL – Inter-connecter l’économie sociale et solidaire (ESS)

 

 

L’ESSglobal est une initiative de certains membres du réseau RIPESS (principalement principalement d’Europe et des Amériques). L’interaction entre les initiatives utilisant les TIC (Technologies de l’information et de la communication) pour cartographier les réseaux et les territoires de l’économie solidaire s’est déroulée depuis le troisième Forum Social Mondial à Porto Alegre au Brésil (2005). Au cours de la 4ème réunion du RIPESS sur la Globalisation de la solidarité au Luxembourg (LUX 09), un atelier a eu lieu sur les systèmes de communication et d’information. À la suite de cet atelier, un groupe de travail sur la «cartographie» a été formé dans le cadre du RIPESS afin de:

  • Faciliter la visibilité des activités internationales et des produits de l’économie solidaire
  • Rassembler les méthodes et outils pour les cartographies existantes et en préparation (mis à disposition sous la forme d’un centre de ressources pour les sites partenaires existants et pour les nouveaux réseaux qui souhaitent adhérer)
  • Développer des projets inter-fonctionnels de coopération humaine et économique entre les partenaires du groupe de travail
  • Coopérer avec d’autres initiatives pour suivre les acteurs de l’économie solidaire et les réseaux existants ou prévus.

Le groupe de travail a lancé un projet international de cartographie impliquant plusieurs membres du RIPESS qui avaient déjà développés ou étaient en train de développer des plates-formes TIC: Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Brésil et Canada (Québec).

Parallèlement, une analyse de l’état des collaborations en ligne (plateformes Internet) et des outils TIC existants en Europe a réuni des acteurs de l’ESS.

L’objectif principal du projet ESSglobal est de permettre l’échange de données et d’informations entre les différentes plateformes à travers la comparaison et un accord commun sur les normes d’interopérabilité, ainsi que d’avoir des moteurs de recherche décentralisés pour simuler une cartographie globale et multi-couches. La première version des normes d’interopérabilité ESSglobal a été publiée en 2013.

 

Ressources de référence